Iran Femmes La suite du dossier de la photojournaliste irano-canadienne Zarah...

La suite du dossier de la photojournaliste irano-canadienne Zarah Kazemi

-

La Presse canadienne – La famille de Zahra Kazemi ne pourra pas poursuivre l’Iran car la Cour suprême confirme l’immunité des États. Mais dans leur décision, les juges soulignent qu’il est simple au gouvernement de corriger cette situation.

C’est un jugement à six contre un. La juge dissidente, Rosalie Abella estimait que l’immunité assurée par la loi canadienne sur l’immunité des États (LIÉ) ne s’étendait pas aux deux fonctionnaires iraniens nommés dans la poursuite. Mais ses collègues majoritaires ne sont pas d’accord.

«Les actes commis par MM. Mortazavi et Bakhshi revêtent toutes les caractéristiques d’actes officiels, et rien ne permet de croire que l’un ou l’autre de ces représentants de l’État agissait à titre personnel ou dans un cadre sans lien avec leur rôle d’agents de l’État», peut-on lire dans le jugement.

«Il est possible que la torture constitue un acte officiel», de l’avis des juges.

Le fils de Mme Kazemi, Stephan Hashemi, voulait poursuivre la République islamique d’Iran, son chef d’État et les deux fonctionnaires qu’il rend responsables de la torture et de la mort de sa mère en 2003. Mme Kazemi, une photographe, a été arrêtée à Téhéran alors qu’elle prenait des clichés d’une manifestation devant une prison.

«Au Canada, l’immunité des États à l’égard des poursuites civiles est consacrée par la LIÉ», écrivent les juges.

Mais dans leur conclusion, ils rappellent qu’il serait facile de changer la loi et d’y ajouter une exception pour les cas de torture comme ce fut fait pour les cas de terrorisme, en 2012.

«Le législateur (…) peut modifier l’état actuel du droit régissant les exceptions à l’immunité des États, tout comme il l’a fait dans le cas du terrorisme, et permettre aux personnes qui se trouvent dans une situation semblable à celle de M. Hashemi et de la succession de sa mère d’obtenir réparation devant les tribunaux canadiens», rappellent les juges.

«À ce jour, le législateur a tout simplement décidé de ne pas le faire», soulignent-ils.

Balle au bond

L’avocat de M. Hashemi reprend ce paragraphe du jugement pour inciter le gouvernement à ajouter l’exception de torture à la loi.

Après avoir souligné sa déception devant le jugement qui a donné tort à son client, Me Mathieu Bouchard se tourne vers le gouvernement.

«On ne voit pas pourquoi (…) on devrait faire différence entre les victimes d’actes horribles, dépendant du type d’acte horrible», s’étonne Me Bouchard.

7,422FansLike
984FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les Iraniens s’attendent à un changement de régime

Ces jours-ci, des responsables iraniens, dont le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, expriment leur joie face à...

Le gouvernement pille les pauvres agriculteurs en Iran

Ces derniers mois, les récoltes des agriculteurs iraniens se sont dégradées et leur production d’un an a été détruite....

Retour sur les manifestations de novembre de l’année dernière en Iran

En novembre 2019, des manifestations dans près de 200 villes de toutes les provinces d'Iran ont secoué l'establishment islamiste...

Une preneuse d’otages iranienne défend le massacre des manifestants

L'une des personnes responsables de la prise d’otage du personnel de l'ambassade des États-Unis en 1979 a Téhéran, a...

L’Iran et la douloureuse crise de coronavirus

L'Iran a vécu une semaine douloureuse avec le coronavirus. Malgré tous les mensonges et les dissimulations du gouvernement, le...

Iran: la population ne tolère plus le système de gouvernement actuel

Les médias dirigés par l’État iranien ont tenté de cacher les crises socio-économiques du pays ainsi que l’impasse et...

Doit lire

Les médias d’État iraniens reconnaissent l’échec du régime

Par Sia Rajabi Les médias d’État iraniens outrepassent quotidiennement la...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous