Iran Femmes Infirmières iraniennes, anges oubliés

Infirmières iraniennes, anges oubliés

-

Dix mois après l’émergence du nouveau coronavirus en Iran, les décès ont dépassé environ 190000 personnes, selon l’opposition iranienne des Moudjahidine du peuple (OMPI).

Les gouvernements du monde entier sont en concurrence sévère pour obtenir plus de vaccins du Covid-19 pour sauver leur peuple. De nombreux responsables estiment que le personnel médical qui fournit des services inestimables dans la lutte contre la crise sanitaire doit être le premier à recevoir les vaccins.

Cependant, en Iran, la situation est complètement différente. Non seulement il n’y a pas de nouvelles sur la vaccination, mais le gouvernement n’a pas encore fourni l’équipement essentiel au personnel médical.

À cet égard, de nombreux travailleurs de la santé ont souscrit au Covid-19, qui a considérablement réduit le personnel médical du pays d’une part et exercé des pressions supplémentaires sur leurs collègues d’autre part.

«Sur les quelque 145 000 infirmiers et infirmières à travers le pays, environ 60 000 ont contracté Covid-19 et 6 000 sont en quarantaine», a déclaré le 17 décembre Mohammad Mirzabeigi, chef de l’Organisation iranienne des affaires des infirmiers.

Dix jours plus tôt, Maryam Hazrati, adjointe aux affaires des infirmières au ministère de la Santé, avait mis en garde contre une pression écrasante sur le personnel soignant. «Environ 40 000 infirmières et infirmiers à travers le pays ont contracté le Covid-19 et sont maintenant en quarantaine. Avec leur perte, la pression sur les infirmières restantes a considérablement augmenté », a déclaré l’agence de presse semi-officielle ISNA citée le 7 décembre.

En outre, la mauvaise gestion des autorités a causé la mort d’un nombre considérable de ces personnes altruistes. Le 18 décembre, dans un entretien avec l’agence de presse officielle IRNA, Alireza Zali, le chef du groupe de travail Covid-19, a confirmé la mort de 46 travailleurs de la santé à Téhéran et 200 dans d’autres provinces.

Les professionnels de la santé ont également exprimé leurs inquiétudes quant à l’état mental et physique du personnel médical. «Après neuf mois de mauvaises conditions de travail, mentales et physiques, plus de 50% des infirmières des unités de soins intensifs sont contracté le coronavirus, dont 20% ont été hospitalisées dans les USI. C’est une catastrophe », a déclaré le 12 novembre Alireza Sedaghat, chef du département des soins intensifs de l’hôpital Imam Reza de Mashhad.

Par contre, les terribles politiques des ayatollahs ont conduit de nombreux infirmiers et médecins à se réfugier dans d’autres pays. «La négligence envers les demandes du personnel soignant diminue leur motivation… et dans certains cas, ces indifférences les conduisent à quitter le pays. À long terme, ce problème aggraverait la crise de pénurie d’infirmers dans le pays », a déclaré Abdollah Safari, chef adjoint de l’organisation des soins infirmiers, dans une interview accordée au site Internet Mashreq News le 17 décembre.

L’émigration du personnel soignant plongerait le pays dans davantage de dilemmes. En particulier, lorsque le gouvernement fait face à une pénurie de personnel médical. «L’une des principales pénuries graves auxquelles nous sommes confrontés est le nombre d’infirmiers. Nous n’avons même pas une infirmière pour chaque lit d’hôpital alors que la norme mondiale est de 2,5 pour chaque lit. Même dans les pays en développement, ce nombre est supérieur à deux », a déclaré le 14 décembre le chef du Conseil suprême des soins infirmiers d’Iran, Samsoddin Shamsi.

À cet égard, la mauvaise gestion des ayatollahs fait non seulement pression sur ces personnes généreuses, mais met en danger l’avenir du pays en réduisant les précieuses ressources humaines de l’Iran. De plus, bien que le gouvernement ne paie pas les arriérés des infirmiers et les chèques de paie retardés, il est peu probable qu’il fournisse les articles nécessaires pour les équipements médicaux et améliore le service de santé du pays. À cet égard, comme d’autres secteurs de la société, le personnel médical a compris que les manifestations sont le seul moyen de faire valoir ses droits inhérents.

7,278FansLike
990FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La loi misogyne interdit à une entraîneuse de ski iranien de voyager avec son équipe

L’entraîneuse de l’équipe nationale iranienne de ski alpin s’est vu interdire d’accompagner son équipe à une compétition en Italie...

Nucléaire : Le Drian annonce une résolution contre l’Iran

Emmanuel Macron a demandé ce mardi au président iranien Hassan Rohani que l'Iran fasse «des gestes clairs», «sans attendre»...

Iran: la tuerie des porteurs de carburant baloutche et manifestations à Saravan

Le 22 février, les forces du CGRI ont ouvert le feu sur un groupe de porteurs de carburant à...

Syrie : les États-Unis mènent un raid meurtrier contre des milices pro-Iran

Le président américain, Joe Biden, a autorisé, jeudi 25 février, une frappe en Syrie contre des infrastructures appartenant à...

Des ressortissants iraniens demandent à l’Union européenne de sanctionner le régime

Belga - Des ressortissants iraniens ont manifesté lundi matin au rond-point Schuman à Bruxelles pour demander à l'Union européenne...

La pauvreté en Iran est-elle le résultat de sanctions ou de la gabegie des mollahs ?

La situation économique du peuple iranien est si mauvaise qu’elle est devenue le sujet de conversation de la rue...

Doit lire

Les médias d’État iraniens reconnaissent l’échec du régime

Par Sia Rajabi Les médias d’État iraniens outrepassent quotidiennement la...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous