IranFemmesLes négociations de Vienne sur le nucléaire iranien

Les négociations de Vienne sur le nucléaire iranien

-

Pour le gouvernement iranien et ses responsables, l’accord nucléaire iranien de 2015 (JCPOA ) semblent n’avoir eu d’autre résultat que davantage de différends entre les dirigeants du régime.

Le président iranien Hassan Rohani a déclaré à propos des négociations: «Vous voyez, dans la question nucléaire, il (le chef suprême de l’Iran Ali Khamenei) a annoncé le cadre. Il l’a précisé, et nous agissons selon le même cadre. (Télévision d’État, 28 avril 2021)

Abbas Araghchi, député politique au ministère iranien des Affaires étrangères, a exprimé son optimisme à propos des pourparlers sans dire ce qu’ils avaient accompli jusqu’à présent, mais d’autres, principalement des conservateurs au sein de l’establishment clérical, l’ont contredit, affirmant que le gouvernement n’avait rien accompli.

Rohani voit les négociations du JCPOA comme la seule solution pour échapper à toutes les crises du régime, alors lui et son gouvernement font tout pour relancer le JCPOA: «Tout le monde devrait savoir que sans une relation avec le monde, le progrès ne peut pas être fait, et un pays ne peut pas être construit. » (President.ir, 26 avril 2021)

En colère contre la «mendicité» du gouvernement, un député du régime, Mahmoud Nabavian, a déclaré: «M. Rohani et M. [le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad] Zarif, répondez à cette question logique, vous dites honnêtement au peuple iranien combien de fois vous avez présenté le plan étape par étape au Conseil suprême de sécurité nationale et il a été rejeté. Pourquoi apportez-vous le plan étape par étape? » (Chaîne de télévision d’État Ofogh, 22 avril 2021)

Un membre de la faction de Khamenei a exprimé son pessimisme quant à la levée de toutes les sanctions et a déclaré: «Je ne vois pas les sanctions être levées, et si les sanctions liées au nucléaire sont levées, les mêmes problèmes continueront avec une autre étiquette, y compris le débat sur les missiles, y compris le débat au Yémen. » (Jam-e-Jam, 22 avril 2021)

Et le site Web géré par l’État Rahbord-e-Moaser, désespéré par le résultat des négociations du JCPOA, a déclaré: «Le fait est que les États-Unis ont très peu de pouvoir de manœuvre juridique dans le processus de retour au JPCOA.
La Maison Blanche, en revanche, sait clairement que« la relance du JCPOA »et le« maintien de certaines sanctions »ne sont pas juridiquement et techniquement compatibles. Les responsables de la Maison Blanche ont donc cherché à «séparer les sanctions» dans le but de parvenir à un «retour inutile au JCPOA».

«De toute évidence, l’affirmation des responsables du département d’État américain n’a aucun fondement juridique. Les démocrates ont désormais une majorité relative au Congrès américain (Sénat et Chambre des représentants), Biden lui-même peut lever les sanctions contre la République islamique d’Iran, en invoquant ses pouvoirs spéciaux.

«Cependant, Robert Malley et d’autres responsables américains désormais basés à Vienne ont envoyé un message à l’Iran et au P4 + 1 selon lequel le nouveau président américain doit rendre des comptes aux républicains et même à certains membres de son parti démocrate dans le processus de retour au JCPOA. . Biden ne peut donc pas mettre à l’ordre du jour un «retour absolu au JCPOA» ; l’Iran doit revenir à ses «engagements complets» dans l’accord sur le nucléaire.

«Il ne fait aucun doute que ce qui se passe à Vienne aujourd’hui est le point révélateur de la“ vision occidentale du JCPOA ”. Cette vision s’est manifestée dans divers titres et excuses depuis 2016 (date à laquelle le JCPOA a été mis en œuvre). On ne sait pas pourquoi certains courants insistent sur le fait que Washington cherche à «se repentir de son passé» et à «revenir au JCPOA qui est déformé»!

«La ségrégation des sanctions contre l’Iran par les responsables du département d’État américain est la première brique brisée dans le processus formel de« relance du JCPOA », qui rend l’avenir de l’accord nucléaire cent fois plus ambigu qu’il ne l’est déjà. Cette «division ridicule et illégale» ne doit pas être acceptée par notre pays, car elle laissera les États-Unis libres de «jouer avec les titres de sanctions» maintenant et à l’avenir. C’est exactement ce que recherchent les États-Unis et la Troïka européenne depuis des mois.» (Site Web public Rahbord-e-Moaser, 30 avril 2021)

Ce court texte montre que de nombreux membres du régime sont désespérés et ne voient aucun avenir radieux avec ou sans le JCPOA.

Craignant les conséquences de la prochaine élection présidentielle qui, par la malchance du régime, coïncide avec la fenêtre d’opportunité de relancer l’accord sur le nucléaire, a déclaré un quotidien public:

«Dans la perspective de l’élection présidentielle iranienne, les États-Unis essaient de gérer le climat psychologique de manière à pouvoir imposer un mauvais accord à l’Iran tout en interférant et en influençant les résultats des élections. Le ciblage américain est dû au fait qu’il est probable que certains en Iran, en raison des besoins à court terme et à l’approche des élections, prendront à nouveau des décisions fondées sur la règle dangereuse du “ tout accord vaut mieux que pas d’accord ».

Lire aussi: L’ayatollah Khamenei critique publiquement le chef de la diplomatie

 

7,224FansLike
1,037FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les candidats à la présidentielle ont contourné le sujet de l’économie mourante de l’Iran

Contourner la situation économique et les plans des candidats à la présidentielle est une vieille histoire dans les campagnes...

L’Iran perd son droit de vote à l’ONU

Mercredi 2 juillet, le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a reproché au gouvernement iranien de refuser de...

Les pourparlers du JCPoA de Vienne ne sont pas parvenus à une conclusion définitive

À la veille du cinquième cycle de pourparlers de Vienne entre l'Iran et les puissances mondiales sur les projets...

Comment l’Occident devrait réagir à l’élection présidentielle en Iran

Le Conseil des gardiens iranien, qui supervise les élections, a annoncé mercredi dernier la liste définitive des candidats approuvés...

Iran: le Conseil des gardiens contrôlé par Khamenei nomme quasiment Ebrahim Raïssi à la présidence

Suite à la décision du Conseil des gardiens, seuls sept candidats parmi 529 personnes ont été autorisés à se...

Le régime iranien, craignant les protestations, plaide pour la levée des sanctions

La crise économique a paralysé le régime iranien, et ses ressources financières et sa puissance sont presque nulles. Le...

Doit lire

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous