IranFemmesLe régime iranien et la traite des femmes

Le régime iranien et la traite des femmes

-

La traite des femmes et des filles iraniennes est devenue l’une des principales fléaux du pays. L’une des destinations de ces femmes est la Turquie. Récemment, le chef de l’Organisation pénitentiaire d’État du pays a parlé des différents types de « produits et de marchandises » qui ont été introduits en contrebande à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

Selon les agences de presse du pays, la déclaration d’Alireza Jamshidi à cet égard sont éloquent. C’est pour la première fois que le régime au pouvoir évoque ce qu’il a constamment rejeté ces dernières années et nié son implication dans cette catastrophe.

Le site Internet de l’agence de presse Yekta Press a évoqué dans un article publié le 29 juin cette catastrophe (extraits) :

« L’histoire de la traite des femmes et des filles en Iran est l’une des plus grandes crises personnelles et sociales de nous Iraniens, en particulier ces dernières années.

« D’un autre côté, lorsqu’il s’agit de trafic de filles vers d’autres pays, le regret et la conscience de chaque Iranien doivent être blessés. Mais d’un autre côté, cette conscience et ce zèle iraniens blessés n’ont rien fait et ne peuvent rien faire dans les affaires sociales et politiques.

« Pendant ce temps, les filles iraniennes, les jeunes femmes vulnérables sont victimes de la traite vers d’autres pays. Leurs photos et vidéos sont publiées sur les réseaux sociaux et des documentaires, et enfin, parce que certains Iraniens sont sans aucun doute impliqués dans ce programme, le mirage de gagner des revenus élevés et instantanés, ainsi que de créer des conditions de vie convenables pour les personnes victimes de la traite dans ces pays, sur une courte période de temps, non seulement cela ne crée pas de problèmes dans la voie de cette sinistre contrebande, mais nous voyons aussi chaque jour la diversité et l’expansion de ce processus.
« Un autre point problématique ici est que la traite des femmes et des filles est classée dans les critères de mesure et de statistiques, avec les statistiques et le problème de la contrebande de biens et de marchandises. Bien que cela puisse avoir une justification légale et fonctionnaliste, la dignité humaine est dégradée à la valeur et au prix de la marchandise. »

À propos de la volonté du gouvernement de faire face à cette catastrophe, cette agence a écrit : « Aucune action ou activité n’est prise et ne sera prise au sérieux pour traiter et contrôler ce commerce. Il est donc naturel de voir se répandre chaque jour cette contrebande et ce commerce illégal.

« Le chômage et le manque de revenus suffisants pour les gens, la propagation de la toxicomanie dans le pays et surtout les statistiques malheureuses de divorce, sont l’un des facteurs les plus importants du trafic de filles et de l’exportation de femmes vers d’autres pays.

“Il est naturel qu’en ne réduisant pas le nombre de problèmes causés par la corruption, nous ne pourrons pas voir une diminution de ce nombre horrible de jeunes filles et de femmes vendues à la prostitution organisée et en groupe dans les pays voisins.”

L’article ajoute sur l’argent gagné par les éléments du régime et leurs proches : « L’autre plus gros problème est que bien que cet argent soit acquis illégalement à la suite de la prostitution de ces femmes, il est utilisé comme monnaie importée dans les secteurs de l’habitat, de la beauté ou encore du shopping de luxe. Comprendre ces problèmes, ainsi qu’utiliser des lois cohérentes pour distinguer les devises importées dans le pays par des moyens légitimes, nécessite une économie efficace dont notre économie n’a pas.

« La situation du trafic de filles vers les pays du golfe Persique a créé une arène concurrentielle très toxique. Mais en Turquie, en particulier dans la région d’Analia et d’Antalya, la situation des Iraniennes victimes de la traite est bien pire. La plupart d’entre eux sont engagés dans des activités organisées sans licence et sous la surveillance de soins de santé et de soins médicaux.

« Bien que cette situation ait sans aucun doute créé un esclavage sexuel à part entière pour les filles et les femmes iraniennes, le revenu de ce travail et même la somme d’argent dans ce sinistre commerce ont conduit beaucoup d’entre elles à des conditions sexuelles malsaines.

« En Géorgie aussi, en raison du boom des villes ces dernières années, et afin d’attirer les touristes et de créer des centres de jeux et de prostitution, il y a eu une concurrence honteuse entre les trafiquantes et les chefs des gangs internes du pays.

« Un thérapeute de Téhéran qui ne voulait pas être nommé, a déclaré qu’il fait actuellement face à des prostituées qui demandent un traitement psychologique après leur retour dans le pays. Les situations sexuelles à haut risque et la répétition fréquente de ce processus en font des patientes dans une situation très dangereuses.»

Exprimant enfin le résultat de cette crise : « Par conséquent, la plus grande crise morale du pays progresse et s’aggrave tentement. » (Yekta Press, 29 juin 2021)

Un jour après la publication de ce rapport, le site Web d’État Salam-e-no, le 30 juin, dans un bref rapport sur le procès d’un trafiquant d’êtres humains nommé Alex a écrit : « Ce groupe criminel, dirigé par une personne surnommée « Alex » a trafiqué et vendu des filles iraniennes à l’étranger à des fins d’exploitation sexuelle pendant 3 ans en raison de ses nombreuses relations dans différents pays.

« Mais afin de sécuriser ses éléments en Iran, Alex a trouvé des partisans influents parmi les autorités. L’un des partisans, surnommé ‘Doki’, était un fonctionnaire influent du gouvernement qui, à plusieurs reprises, a libéré les filles du gang d’Alex de la garde à vue. » (Salameno, 30 juin 2021)

Le département d’État américain, dans son rapport sur la traite des êtres humains, « 2021 Trafficking in Persons Report », a inclus le gouvernement iranien dans la section du gouvernement impliquée dans la traite et a écrit :

« Le rapport 2020 sur la traite des personnes marquait la première fois que le Département d’État américain appliquait cette nouvelle disposition, constatant que 12 gouvernements avaient une « politique de traite », notamment :

Afghanistan
Birmanie
Chine
Cuba
Érythrée
Corée du Nord
Iran
Russie
Soudan du sud
Syrie
Turkménistan”

7,224FansLike
1,066FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les effets dévastateurs de la pandémie de COVID-19 sur la société iranienne

Les taux de mortalité liés à la Covid-19 en Iran augmentent rapidement, la pandémie a également eu des effets...

 Amnistie internationale condamne l’impunité pour les morts suspectes en prison en Iran

L’ONG Amnistie Internationale s’est basé sur l’examen approfondi des comptes-rendus d’organisations de défense des droits humains et de médias...

L’Iran risque de faire face à une nouvelle oppression

L'Iran risque de faire face à une nouvelle oppression suite à l'annulation des lignes directrices 2030 de l'UNESCO. Le secrétaire...

Mafia de la drogue en Iran : 80 % des drogues ne sont pas traçables

Comme l'a récemment déclaré le porte-parole du Siège pour la lutte contre la traite en Iran, sur les 34...

Le cabinet du gouvernement iranien : le ministre de l’Intérieur recherché par Interpol

Il y a deux semaines, les candidats d'Ebrahim Raïssi aux postes de ministre dans son administration ont été approuvés...

L’équipe de la mafia économique du président iranien

Après avoir présenté les membres de l'équipe économique du président iranien Ebrahim Raïssi, il est devenu clair que ce...

Doit lire

L’objectif du sommet de Bagdad et son impact sur le gouvernement iranien

Le Sommet de Bagdad s'est tenu dans la capitale...

Iran : « La conquête du pouvoir par les courtiers et les corrompus »

La faction du Guide suprême iranien Ali Khamenei cherche...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous