IranIran (actualité)"Crimes odieux" : l'Iran, le favori consterne les militants

“Crimes odieux” : l’Iran, le favori consterne les militants

-

Les militants disent qu’Ebrahim Raisi (Raïssi), le favori de l’élection présidentielle iranienne, devrait faire face à la justice internationale plutôt que de diriger son pays

Paris (AFP)

Ebrahim Raïssi, le favori de l’élection présidentielle iranienne, a utilisé sa position au cœur du système judiciaire pour de graves violations des droits, notamment des exécutions massives de prisonniers politiques, selon des militants.

Ils disent que Raïssi – qui a maintenant la victoire en vue vendredi après que même des rivaux conservateurs aient été disqualifiés lors de la vérification – devrait faire face à la justice internationale plutôt que de diriger son pays.

À 60 ans, le religieux de rang intermédiaire est encore relativement jeune pour une figure qui a occupé une succession de postes clés, commençant presque immédiatement après la chute du chah lors de la révolution islamique de 1979.

A tout juste 20 ans, il est nommé procureur du district de Karaj puis de la province de Hamadan, avant d’être promu en 1985 procureur adjoint de Téhéran.

C’est dans ce rôle, affirment les militants, que Raïssi a joué un rôle clé dans les exécutions de milliers de prisonniers de l’opposition – pour la plupart des membres présumés de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI ou MEK) proscrite – lorsque, selon les militants, il faisait partie d’un « comité de la mort » composé de quatre hommes qui a envoyé des condamnés à mort sans la moindre procédure régulière.

Raïssi, considéré par certains médias iraniens comme un successeur possible du guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, a nié toute implication personnelle dans les meurtres de 1988, mais a également salué la décision de procéder aux exécutions.

Il est ensuite devenu procureur en chef de Téhéran en 1989, puis en 2004, chef adjoint de la magistrature, poste qu’il a occupé pendant 10 ans.

Depuis 2019, il est chef du pouvoir judiciaire.

“La seule place de Raïssi est sur le banc des accusés, pas à la présidence”, a déclaré Shadi Sadr, directrice exécutive de Justice for Iran, basé à Londres, qui fait campagne contre l’impunité pour les crimes en Iran.

« Le simple fait qu’il soit actuellement à la tête du pouvoir judiciaire et candidat à la présidence démontre le niveau d’impunité dont jouissent les auteurs de crimes odieux en République islamique d’Iran », a-t-elle déclaré.

‘Sans pitié’

Les meurtres de 1988, qui ont eu lieu de juillet à septembre de la même année, prétendument sur les ordres directs du leader du régime, l’ayatollah Rouhollah Khomeiny, restent un quasi tabou dans l’Iran moderne.

La plupart des groupes de défense des droits et des historiens disent qu’entre 4 000 et 5 000 ont été tués, mais l’aile politique de l’OMPI, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), évalue le chiffre à près de 30 000.

L’année dernière, sept rapporteurs spéciaux de l’ONU ont déclaré au gouvernement iranien que « la situation pourrait s’apparenter à des crimes contre l’humanité » et ont appelé à une enquête internationale si Téhéran ne montrait pas pleinement ses responsabilités.

Amnesty International est parvenue à une conclusion similaire dans un rapport de 2018, qui a identifié Raïssi comme membre de la « commission de la mort » de Téhéran qui a secrètement envoyé des milliers de personnes à la mort dans la prison d’Evin à Téhéran et la prison de Gohardasht à Karaj.

La grande majorité des corps ont été enterrés dans des fosses communes anonymes et l’Iran continue de cacher le sort des victimes et le sort de leurs restes, a-t-il accusé.

La chercheuse iranienne du groupe de défense des droits, Raha Bahreini, a déclaré à l’AFP que Raïssi devrait faire l’objet d’une “enquête pénale pour les crimes contre l’humanité, les meurtres, et les disparitions forcées et les tortures”, y compris par des pays étrangers en vertu du principe de compétence universelle.

Selon un enregistrement audio sorti en 2016, Hossein Ali Montazeri, autrefois successeur probable de Khomeiny mais plus tard écarté, a déclaré en août 1988 aux membres de la « commission de la mort », dont Raïssi, que les meurtres étaient le « plus grand crime de l’histoire de la République islamique”.

Hossein Abedini, membre de la commission des affaires étrangères du CNRI, a décrit Raïssi comme un « tueur au cœur de pierre » avec « 40 ans d’antécédents de répression ».

D’anciens prisonniers, vivant maintenant en exil et qui ont déclaré avoir survécu aux massacres, ont déclaré lors d’une conférence organisée par le CNRI la semaine dernière qu’ils avaient personnellement vu Raïssi travailler en tant que membre de la commission.

“Quand je suis entré devant la commission de la mort, j’ai vu Raïssi (…) une chemise blanche et un uniforme des gardiens de la révolution”, a déclaré à la conférence Reza Shemirani, qui a été emprisonné pendant 10 ans et vit maintenant en Suisse.

Raïssi, a-t-il dit, était le “membre le plus actif de la commission”, tandis que Mahmoud Royaei, emprisonné de 1981 à 1991, a déclaré que Raïssi “avait fait le plus grand effort pour exécuter tout le monde”.

Royaei a ajouté: “Il n’a eu aucune pitié.”

‘Pilier d’un système’

Lorsque le Trésor américain en novembre 2019 a inclus Raïssi dans les sanctions contre des membres du cercle restreint de Khamenei, il a déclaré qu’il avait participé à la commission de la mort de 1988 et était également impliqué dans “la répression brutale” des manifestations qui a suivi l’élection présidentielle contestée de 2009.

Sous Raïssi, selon Bahreini d’Amnesty, le pouvoir judiciaire a veillé à ce que les responsables de la répression sanglante de novembre 2019 contre des manifestants qui ont fait des centaines de morts bénéficient d’une “impunité totale”.

“Raisi est un pilier d’un système qui emprisonne, torture et tue les gens pour avoir osé critiquer les politiques de l’État”, a déclaré le directeur exécutif du Centre pour les droits de l’homme en Iran, basé à New York, Hadi Ghaemi.

“Au lieu de se présenter aux élections présidentielles, il devrait être jugé par un tribunal impartial”, a-t-il déclaré.

7,224FansLike
1,055FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La Chine et la Russie se détournent de l’Iran

Les négociations pour relancer l'accord nucléaire iranien JCPOA de 2015 sont au point mort et la tâche du septième...

Iran : « Ne croyez-vous pas que la société explose ?

Esahq Jahangiri, le vice-président iranien, lors d'un rassemblement de responsables du régime, faisant référence aux crises telles que la...

Sommet mondial Iran Libre 2021 : troisième journée

Le troisième et dernier jour du « Sommet mondial de l'Iran libre» s'est tenu lundi, avec cette section de...

Sommet mondial pour un Iran Libre 2021 : 2ième journée

Le 11 juillet 2021 s’est tenu le deuxième jour du Sommet mondial pour un Iran libre 2021, que le...

Sommet mondial Iran Libre 2021 : première journée

Le Sommet mondial Iran Libre 2021 durant trois jours, organisé par le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI),...

L’Iran en colère contre les États-Unis et le soutien européen au groupe d’opposition

Des gens assistent à un rassemblement de protestation à Berlin, en Allemagne, le samedi 10 juillet 2021 dans le...

Doit lire

Iran : « Ne croyez-vous pas que la société explose ?

Esahq Jahangiri, le vice-président iranien, lors d'un rassemblement de...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous