IranIran (actualité)Le gouvernement iranien crée un écran de fumée pour...

Le gouvernement iranien crée un écran de fumée pour cacher sa retraite

-

Le 5 novembre, les dirigeants iraniens ont tenté de présenter l’affaire de la reprise d’un pétrolier dans le golfe d’Oman par les Gardiens de la révolution (CGRI) comme une victoire pour le régime. L’un d’eux, le religieux Mohammad Ali Al-Hashem, a qualifié cet incident de victoire en « touchant sept cibles avec une seule balle ».

Pendant ce temps, le religieux Hassan Ameli a qualifié cela d' »humiliation exceptionnelle de l’armée américaine et de défaite américaine ».

Ces discours dictés par les chefs de la prière du vendredi du régime avaient pour objectif de créer un « écran de fumée » pour protéger le régime et détourner l’opinion publique du principal problème du régime, selon les analystes. La question est de savoir quel est le principal problème du régime ? Il ne faut pas beaucoup de recherches pour comprendre la motivation du régime à claironner la nouvelle de la capture d’un pétrolier dans le golfe d’Oman.

Le gouvernement iranien crée un écran de fumée pour cacher sa retraite

Le lendemain de cet événement, l’agence de presse d’État Fars, dans une note intitulée « Traverser le double sujet du terrain et de la diplomatie/ Pourquoi les éloges de Raïssi sur le pouvoir du CGRI étaient importants ? », a révélé la réalité de l’objectif du régime dans cet événement.

« Dans la nouvelle administration, le premier incident militaire a été la collision de vedettes rapides du CGRI avec la piraterie américaine. C’est important car, mercredi 3 novembre, Ali Bagheri, vice-ministre des Affaires étrangères chargé des affaires politiques, a annoncé que les pourparlers de Vienne reprendraient le 29 novembre de cette année.

Traduit facilement, cet écran de fumée (face à l’armée américaine) visait à cacher le recul du régime, mieux dit le recul du nouveau gouvernement Hezbollahi du chef suprême du régime, qui a accepté de négocier avec le gouvernement américain sur son dossier nucléaire.

Auparavant, avant chaque décision stratégique dont l’issue était contre le régime, Téhéran attaquait son opposition, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK), dont les membres étaient stationnés en Irak et qui sont désormais en Albanie, pour compenser sa faiblesse.

Maintenant, perdant cette opportunité, ils sont obligés de montrer leur faux pouvoir dans un tel théâtre à la James Bond. Mais qui essaient-ils d’effrayer ?

Cette réponse est donnée par Fars : « Les négociations peuvent avoir un chemin tortueux, mais tant que les négociateurs pensent que les négociations ne portent pas sur la vie ou la mort, il y a une possibilité de victoire diplomatique. A la guerre, celui qui craint le plus perdra plus tôt. »

 

Ainsi, le but de cette batterie n’est pas d’intimider l’autre côté. C’est pour encourager ses forces désespérées. De plus, pour créer cette image que son nouveau gouvernement Hezollahi va aux négociations avec « courage et puissance. »

Étonnamment, avant cet événement et l’acceptation du régime de s’asseoir à la table des négociations, le guide suprême Ali Khamenei a défini les négociations avec les États-Unis comme des concessions et a déclaré qu’ils ne négocieraient pas avec les États-Unis.

« Je répète depuis des années que nous ne négocions pas avec les États-Unis. [Si] vous prenez du recul, ils feront un pas en avant. Que nous n’arrêterons pas de dire que nous ne négocierons pas.

Mais certains disent, monsieur, il n’y a rien de mal à négocier. Or ce qui ne va pas dans la négociation est ceci : Cela vous détourne du droit chemin, cela vous prend une concession. Lorsque vous négociez, cela signifie donner une concession et en prendre une autre.

C’est le sens de la négociation ; La négociation, ce n’est pas s’asseoir, bavarder, parler, rire et plaisanter, la négociation signifie donner quelque chose, prendre quelque chose. Alors il prend ce qu’il te doit, il ne te donne pas ce qu’il doit. C’est du harcèlement. » (Khamenei.ir, 1er août 2016)

Or, selon les discours du chef suprême du régime, accepter les négociations est dû à la faiblesse du régime, faire des concessions et accepter d’être harcelé.

Avant le gouvernement d’Ebrahim Raïssi, il a déclaré que le JCPOA n’était pas son vrai choix, et son entourage a déclaré que l’acceptation de la « flexibilité héroïque » était due à l’insistance des responsables de l’époque et qu’il vaincrait à nouveau devant les États-Unis. Mais qu’en est-il maintenant que le gouvernement souhaité par Khamenei a le pouvoir.

La vérité est que le régime n’a pas de cartes avec lesquelles jouer, disent les observateurs iraniens. Et à chaque occasion, il appelle à la négociation mais avec une « souplesse humiliante ». Mais à l’envers.

« Les Américains sont constamment impatients de négocier avec l’Iran, nous avons pris notre décision, vous hésitez encore. Nous n’avons pas du tout quitté le JPCOA, vous avez perturbé le JCPOA, maintenant si vous ne revenez pas négocier, l’Iran islamique n’acceptera pas les négociations érosives. »

7,062FansLike
1,086FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crises incurables du régime iranien

Au cours des dernières années, les crises incurables du régime iranien ont conduit à une augmentation des protestations et...

En abattant PS752, le gouvernement iranien érode davantage la « confiance » du public

Certains événements provoquent une érosion de la « confiance », en particulier lorsque ces événements sont organisés par un...

Tumulte maximal au sein du régime iranien

À l'occasion du deuxième anniversaire de l'assassinat de Qassem Soleimani, de nombreux responsables iraniens ont parlé de vengeance. Dans...

Le budget bancal du gouvernement iranien

L'économie iranienne est en ruine. Les principaux problèmes de l'Iran sont de faibles taux de production et un niveau...

Le budget du gouvernement Raïssi favorise le clan au pouvoir en Iran

Le budget annuel dans la plupart des pays du monde est élaboré au cours d'un processus minutieux, impliquant une...

Comment Princeton a sacrifié un des siens pour maintenir ses liens avec les mollahs en Iran

Xiyue Wang, un ancien prisonnier américain qui a passé trois ans en Iran, a poursuivi l'Université de Princeton pour...

Doit lire

Les routes de la mort en Iran

Selon les médias d'État iraniens, au premier semestre 2021,...

Les agriculteurs continuent de protester à Ispahan contre la pénurie d’eau

Les protestations en cours à Ispahan ont atteint un...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous