Iran Nucléaire Le cadavre en décomposition de l'accord nucléaire iranien Par...

Le cadavre en décomposition de l’accord nucléaire iranien Par Struan Stevenson

-

Interrogé sur sa politique d’apaisement au régime théocratique iranien, le groupe de travail Iran du Service d’action extérieure de l’UE (SEAE) se plaît à confirmer que «L’UE reste pleinement attachée à la mise en œuvre complète et efficace du plan d’action global conjoint ( JCPOA) de toutes parts. » Ils se vantent que «l’accord est un élément clé de l’architecture mondiale de non-prolifération nucléaire et constitue une réalisation clé de la diplomatie multilatérale telle qu’approuvée par la résolution 2231 (2015) du Conseil de sécurité des Nations unies». Leur déclaration soigneusement rédigée explique pourquoi l’Europe essaie toujours de donner vie au cadavre en décomposition de l’échec de l’accord nucléaire de Barack Obama.

Le groupe de travail sur l’Iran déclare que l’UE «s’appuie également pleinement sur le contrôle et la vérification des activités nucléaires de l’Iran par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) dans son évaluation du programme nucléaire iranien. L’AIEA est la seule organisation internationale impartiale et indépendante chargée de la surveillance et de la vérification des engagements en matière de non-prolifération nucléaire. » En cas de doute persistant, le groupe de travail sur l’Iran réaffirme que son patron, Josep Borrell, en tant que haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la sécurité, «en sa qualité de coordinateur de la commission mixte du JCPOA, continuera à faire tout son possible pour faciliter la préservation et la mise en œuvre intégrale de l’accord nucléaire par tous, en tant que pierre angulaire de la prévention de la non-prolifération et du renforcement de la sécurité régionale, ce qui est dans l’intérêt de toutes les parties. »

Une telle confiance aveugle dans l’accord sur le nucléaire,en la capacité de l’AIEA à surveiller l’intérieur de l’Iran et la fiabilité des mollahs, sont révélateurs. Cela montre clairement pourquoi Téhéran continue de considérer l’Occident avec mépris et exploite notre faiblesse et notre naïveté avec une confiance croissante. Les mollahs ont habilement assuré que l’accord nucléaire interdisait à l’AIEA l’accès à tous les sites militaires en Iran, où leur programme clandestin de missiles nucléaires et balistiques s’est toujours poursuivi. L’accord a également omis de mentionner les politiques expansionnistes agressives du régime iranien au Moyen-Orient et son parrainage du terrorisme dans le monde entier. Le JCPOA, profondément vicié, n’a pas non plus cherché à limiter le bilan atroce des molllahs en matière d’oppression et de violations des droits de l’homme en Iran.

C’est pour toutes ces raisons que le président Trump a retiré l’Amérique de l’accord JCPOA et imposé sa campagne de «pression maximale» de sanctions contre la dictature iranienne. Alors que le président élu Joe Biden est sur le point d’entrer à la Maison Blanche, le régime théocratique a reniflé une opportunité de mettre fin aux sanctions qui ont paralysé leur capacité à financer Bachar al-Assad en Syrie, les rebelles houthis au Yémen, les milices chiites brutales en Irak, et le Hezbollah terroriste au Liban. Ils balancent la perspective d’un accord nucléaire rétabli sous réserve de la fin immédiate de la «campagne de pression maximale» des Américains. Au cas où Joe Biden et son candidat au poste de secrétaire d’État Tony Blinken seraient tentés par cette offre, ils devraient revoir le texte de l’accord JCPOA 2015.

L’ensemble de l’accord reposait sur la promesse de bon comportement de l’Iran plutôt que sur un mécanisme de surveillance vérifiable. Les conditions finales convenues du processus d’inspection nucléaire n’incluaient pas le facteur «n’importe où, n’importe quand». Dans l’annexe du JCPOA, point 1 – Engagements liés au nucléaire, clause Q. ACCESS, page 23, le texte parle de «bonne foi», en prenant soin de ne pas facher les mollahs, avec l’assurance que les inspections seront «réduites au minimum nécessaire… et ne pas viser à interférer avec l’armée iranienne ou d’autres activités de sécurité nationale »… Par conséquent, l’accord a laissé la porte ouverte à tout ce qui serait placé sous le tapis de la sécurité nationale.

En juin 2012, un institut de sécurité américain a publié de nouvelles images satellite qui montraient des «travaux de désinfection» et de «travaux d’excavation» sur le site militaire de Parchin avant l’inspection de l’AIEA. Ensuite, le directeur général de l’AIEA, Yukiya Amano, a déclaré que les images satellite indiquaient que des bâtiments étaient en train d’être démolis et des sols enlevés à Parchin, à environ 30 km au sud-est de Téhéran. Encore une fois, dans une déclaration inhabituellement formulée en août 2015, Yukiya Amano a exprimé de sérieuses préoccupations au sujet des suggestions que l’Iran inspecterait son propre site militaire de Parchin au nom de l’agence. L’Iran a souligné que son programme nucléaire n’avait aucune dimension militaire et a déclaré le site interdit.

Complexe militaire de Parchin en Iran

Iran – Parchin

Le 21 septembre 2015, le directeur de l’AIEA a informé le Conseil des gouverneurs qu’un jour plus tôt il s’était rendu sur un site suspect dans le complexe militaire de Parchin en Iran. Bien qu’il ait assuré que les processus de vérification de l’Agence n’étaient pas compromis et que la partie iranienne avait joué un rôle dans la procédure de prélèvement d’échantillons, les autorités iraniennes et les médias d’État ont assuré à leur auditoire qu ‘«aucun inspecteur (étranger) n’était autorisé à l’intérieur de Parchin», que la prise d’échantillon était limite à seulement 7 endroits » et que « la visite de Yukiya Amano et de son adjoint était générique et cérémoniale et qu’ils ne possédaient aucun équipement; pas même un téléphone ».

Leurs actes sont une mise en accusation fulgurante de la fiabilité du régime clérical. Comme le représentant spécial du Département d’État américain pour l’Iran, Elliott Abrams, l’a déclaré lors d’un webinaire, le 15 décembre: «Nous savons maintenant que le régime iranien a également préservé et caché une quantité massive de documents de son programme d’armes nucléaires, tout en conservant bon nombre de ses armes d’origine et de ses scientifiques en activité et sur l’ensemble des technologies à double usage. Les actions de l’Iran donnent toutes les apparences de sa volonté de conserver la possibilité de réunir à nouveau tous ces éléments. Et alors que l’Iran continue d’étendre ses activités nucléaires et ses stocks d’uranium enrichi aujourd’hui, il se positionne mieux pour sortir et produire la matière nucléaire dont les scientifiques auraient besoin pour des armes ».

Sur la base du dernier rapport de l’AIEA, le stock d’uranium faiblement enrichi de l’Iran dépasse maintenant de douze fois la limite fixée dans le JCPOA. L’Institut pour la science et la sécurité internationale a conclu: «Le temps d’évasion estimé de l’Iran au début de novembre 2020 est aussi court que 3,5 mois. L’Iran a maintenant suffisamment d’uranium faiblement enrichi pour produire suffisamment d’uranium de qualité militaire pour une seconde arme nucléaire, où la seconde pourrait être produite plus rapidement que la première. Il faudrait au total à l’Iran aussi moins de 5,5 à 6 mois pour produire suffisamment d’uranium de qualité militaire pour deux armes nucléaires ».

Le verdict est attendu prochainement lors du procès en Belgique d’un diplomate iranien, pris en flagrant délit de complot visant à faire exploser une bombe dans un rassemblement massif de l’opposition iranienne à l’extérieur de Paris en 2018. Il était clairement sous les ordres des plus hauts échelons de Téhéran. Ce seul fait devrait suffire à amener les États-Unis et l’UE à repenser leur stratégie iranienne. L’Iran est un régime paria. Tenter de relever l’accord nucléaire raté de la tombe sera une erreur catastrophique.

struan Stevenson est le coordinateur de la Campagne pour le changement en Iran (CiC). Il a été membre du Parlement européen représentant de l’Écosse (1999-2014), président de la délégation du Parlement pour les relations avec l’Iraq (2009-14) et président de l’intergroupe des Amis d’un Iran libre (2004-14). Il est conférencier international sur le Moyen-Orient et président de l’European Iraqi Freedom Association (EIFA)

7,278FansLike
990FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La loi misogyne interdit à une entraîneuse de ski iranien de voyager avec son équipe

L’entraîneuse de l’équipe nationale iranienne de ski alpin s’est vu interdire d’accompagner son équipe à une compétition en Italie...

Nucléaire : Le Drian annonce une résolution contre l’Iran

Emmanuel Macron a demandé ce mardi au président iranien Hassan Rohani que l'Iran fasse «des gestes clairs», «sans attendre»...

Iran: la tuerie des porteurs de carburant baloutche et manifestations à Saravan

Le 22 février, les forces du CGRI ont ouvert le feu sur un groupe de porteurs de carburant à...

Syrie : les États-Unis mènent un raid meurtrier contre des milices pro-Iran

Le président américain, Joe Biden, a autorisé, jeudi 25 février, une frappe en Syrie contre des infrastructures appartenant à...

Des ressortissants iraniens demandent à l’Union européenne de sanctionner le régime

Belga - Des ressortissants iraniens ont manifesté lundi matin au rond-point Schuman à Bruxelles pour demander à l'Union européenne...

La pauvreté en Iran est-elle le résultat de sanctions ou de la gabegie des mollahs ?

La situation économique du peuple iranien est si mauvaise qu’elle est devenue le sujet de conversation de la rue...

Doit lire

Les médias d’État iraniens reconnaissent l’échec du régime

Par Sia Rajabi Les médias d’État iraniens outrepassent quotidiennement la...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous