IranNucléaireLa France demande à l’Iran de donner à l’AIEA...

La France demande à l’Iran de donner à l’AIEA un accès immédiat et entier à ses sites nucléaires

-

Avec AFP – La France a appelé l’Iran lundi 28 juin 2021 à redonner «immédiatement » et « pleinement » l’accès de ses sites à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), le gendarme international du nucléaire. L’Iran répond qu’il n’a pas encore pris de décision sur l’accord avec l’AIEA.

« Nous soutenons pleinement les efforts de l’AIEA pour vérifier et suivre le respect par l’Iran de ses engagements nucléaires. L’Iran doit reprendre la coopération avec l’AIEA et lui redonner immédiatement pleinement accès », a déclaré le ministère français des Affaires étrangères lors d’un point de presse électronique.

L’AIEA n’a pas reçu de « réponse » de l’Iran sur une possible extension de l’arrangement temporaire sur les inspections nucléaires qui vient d’expirer.

L’Iran avait restreint en février 2021 l ’accès des inspecteurs à ses installations nucléaires et refuse depuis cette date de fournir en temps réel les enregistrements de caméras et autres outils.

Mais l’AIEA et Téhéran avaient néanmoins négocié un compromis permettant de garantir un certain de degré de surveillance du programme nucléaire iranien: les équipements de contrôle restaient sous la garde de l’Agence, mais les données étaient en possession de l’Iran, et ne devaient pas être effacées tant que cet accommodement reste en vigueur.

Conclu pour une durée initiale de trois mois, le compromis a été prolongé pour un mois supplémentaire et a expiré le 24 juin. Depuis cette date l’AIEA insistait sur « l’importance vitale » de le prolonger et pressait l’Iran de lui dire si oui ou non il en avait l’intention.

Toute la question était donc de savoir si l’Iran allait conserver les enregistrements réalisés par les caméras de l’Onu placées dans certaines de ses installations nucléaires a posteriori.

« Aucune décision n’a été prise quant à la suppression des données » enregistrées par ces caméras et placées sous le contrôle de la République islamique, répond le porte-parole des Affaires étrangères, Saïd Khatibzadeh, lors d’une conférence de presse à Téhéran ce lundi 28 juin 2021.

« Nous soutenons pleinement les efforts de l’AIEA pour vérifier et suivre le respect par l’Iran de ses engagements nucléaires. L’Iran doit reprendre la coopération avec l’AIEA et lui redonner immédiatement pleinement accès », a réagi le ministère français des Affaires étrangères.

« Toute interruption dans la mise en œuvre de cet arrangement compromettrait la capacité de l’AIEA à préserver la continuité de sa connaissance des activités nucléaires iraniennes », a mis en garde le le porte-parole adjoint de la diplomatie française.

La question des caméras de surveillance onusiennes s’inscrit dans le cadre plus large des pourparlers en cours pour tenter de sauver l’accord sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015 entre Téhéran et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie) plus l’Allemagne.

Ce pacte offre à Téhéran un allègement des sanctions occidentales et onusiennes en échange de son engagement à ne jamais se doter de l’arme atomique, et d’une réduction drastique de son programme nucléaire, placé sous le programme d’inspection le plus strict jamais mis sur pied par l’AIEA.

7,224FansLike
1,066FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les effets dévastateurs de la pandémie de COVID-19 sur la société iranienne

Les taux de mortalité liés à la Covid-19 en Iran augmentent rapidement, la pandémie a également eu des effets...

 Amnistie internationale condamne l’impunité pour les morts suspectes en prison en Iran

L’ONG Amnistie Internationale s’est basé sur l’examen approfondi des comptes-rendus d’organisations de défense des droits humains et de médias...

L’Iran risque de faire face à une nouvelle oppression

L'Iran risque de faire face à une nouvelle oppression suite à l'annulation des lignes directrices 2030 de l'UNESCO. Le secrétaire...

Mafia de la drogue en Iran : 80 % des drogues ne sont pas traçables

Comme l'a récemment déclaré le porte-parole du Siège pour la lutte contre la traite en Iran, sur les 34...

Le cabinet du gouvernement iranien : le ministre de l’Intérieur recherché par Interpol

Il y a deux semaines, les candidats d'Ebrahim Raïssi aux postes de ministre dans son administration ont été approuvés...

L’équipe de la mafia économique du président iranien

Après avoir présenté les membres de l'équipe économique du président iranien Ebrahim Raïssi, il est devenu clair que ce...

Doit lire

L’objectif du sommet de Bagdad et son impact sur le gouvernement iranien

Le Sommet de Bagdad s'est tenu dans la capitale...

Iran : « La conquête du pouvoir par les courtiers et les corrompus »

La faction du Guide suprême iranien Ali Khamenei cherche...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous