IranNucléaireLe JCPOA est devenu un «cadavre puant» pour les...

Le JCPOA est devenu un «cadavre puant» pour les dirigeants iraniens

-

Hossein Shariatmadari, rédacteur en chef du quotidien iranien Kayhan, principal porte-parole du guide suprême du régime Ali Khamenei, a déclaré avec frustration dans un article sur les négociations nucléaires du régime et principalement sur le JCPOA :

« Avec le retrait des États-Unis du JCPOA (Plan d’action global conjoint, communément appelé l’accord sur le nucléaire iranien) et l’échec de l’Europe à respecter ses engagements, le JCPOA n’existe pas et est devenu un cadavre puant, et si nous voulons y revenir dans une telle situation, nous n’obtiendrons rien. (Kayhan, 11 octobre 2021)

Dans le même temps, certains médias et éléments du régime tentent de dissimuler la faiblesse du régime et de redonner de la vitalité aux forces déçues du régime en parlant de stocker de l’uranium faiblement enrichi à l’excès du niveau autorisé par le JCPOA, et de produire 20 % d’uranium, pour disposer d’un puissant levier de négociation.

Mohammad Esmi, chef de l’Organisation de l’énergie atomique du gouvernement d’Ebrahim Raïssi, a également déclaré : « Nous devons accélérer les progrès de l’énergie nucléaire et manifester ses effets sur la vie des gens et montrer les manifestations de l’autorité nationale influencée par l’énergie nucléaire. (State TV Channel One, 9 octobre 2021)

Le JCPOA est devenu un «cadavre puant» pour les dirigeants iraniens
Iran JCPOA

Ces discours sont prononcés alors que le nouveau gouvernement du régime implore la poursuite des négociations.

« Nous avons dit aux autres parties que nos intentions étaient sérieuses et que nous étions homme de négociation et homme d’action, et que le nouveau gouvernement iranien est pragmatique et à partir de négociations dont l’issue serait une tasse de café (…) Si M. Biden est sérieux, libérez 10 milliards de dollars de notre argent. (Télévision d’Etat 1ère chaine, 3 octobre 2021)

Cette crise interne qui montre la mauvaise situation du régime est reflétée très clairement par le site internet étatique Khabar Fori citant un journaliste du régime :

« Depuis la signature du JCPOA, plusieurs conservateurs ont insisté sur le fait que l’accord est à tous égards contraire aux intérêts de la République islamique, et en retour, les cadres de l’administration de Rohani et les partisans réformistes ont souligné qu’il sert les intérêts du système à tous égards.

« Du tout, je dis que le droit est entier du côté des « principalistes » (conservateurs) ! Le JCPOA n’est pas seulement mauvais à tous points de vue, mais c’est fondamentalement un sacré poison ! C’est une douleur chère ! C’est une sacrée chose ! »

« Alors maintenant, ces conservateurs devraient répondre, pourquoi ne se sont-ils pas débarrassés de ce poison lorsque Donald Trump a signé l’ordre de retirer les États-Unis du JCPOA ?

« Peut-être disent-ils que le gouvernement d’Hassan Rohani et de son ministre des Affaires étrangères n’a pas permis, d’accord ! Mais maintenant qu’il n’y a plus aucun signe du gouvernement de Rohani ni de son ministre des Affaires étrangères, pourquoi ne retirent-ils pas explicitement cet accord de leur ordre du jour ?

« Aussi mauvais que soit le JCPOA, il n’a que deux solutions ! L’annuler formellement pour dire adieu aux négociations et poursuivre autant que possible le programme nucléaire ou l’annuler pour renégocier les négociations pour parvenir à un nouvel accord souhaitable à tous égards.

« Très bien, ils ont une autorité pleine et incontestée. » (Site Internet d’État Khahar Fori, 11 octobre 2021)

Vraiment, quelle est la nécessité pour le gouvernement Raïssi de négocier un JCPOA qui n’a aucun avantage et qui, selon le porte-parole de Khamenei, est devenu un cadavre puant ?

La réponse est à considérer dans l’impasse du régime d’une part, et d’autre part, la réduction de l’importance du JCPOA par rapport à 2015 pour les États-Unis et les autres pays occidentaux négociant le JCPOA.

Après la formation de la nouvelle administration américaine, on s’attendait à ce que le gouvernement américain revienne rapidement au JCPOA, et même le gouvernement du régime iranien s’attendait vaguement à ce que le gouvernement américain accepte le JCPOA 2015 sans soulever de nouvelles exigences, ce qui n’a pas été le cas.

Cela arrivera, et la nouvelle administration américaine poursuit un autre JCPOA dans lequel le régime doit prendre un nouveau calice empoisonné en reculant sur son programme de missiles et sa politique régionale.

L’impasse signifie que le gouvernement des mollahs, d’une part, ne peut pas ignorer complètement le JCPOA et déclarer son retrait, car il a des conséquences dangereuses, et la perspective d’un dossier du régime devant le Conseil de sécurité de l’ONU et de lourdes conséquences ultérieures, et d’autre part, accepter les conditions des parties occidentales négociant, notamment les États-Unis, pour relancer le JCPOA 2015, équivaut, selon Khamenei, à une «dégradation sans fin ».

7,062FansLike
1,115FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

L’histoire inédite de l’assassinat du commandant de la force Qods du régime des mollahs

Dans la soirée du 22 mai, le colonel Hassan Sayad Khodai, l'un des principaux commandants de la force Qods...

Les mauvaises décisions de Khamenei et leur résultat empoisonnant

Ces derniers jours, de nombreuses manifestations ont eu lieu à travers l'Iran, pour protester contre les décisions des autorités...

Après le coronavirus, le régime iranien tue les gens par la famine

De multiples manifestations ont récemment éclaté dans diverses villes d'Iran, à la suite de l'augmentation de 100 à 400...

L’économie iranienne est en chute libre

Il n'est pas exagéré de dire que l'économie iranienne est en chute libre. Tous les indicateurs économiques suggèrent que...

Iran : les manifestations contre la flambé du prix du pain

Les observateurs en Iran pensent que des manifestations à l'échelle nationale font suite à la décision du régime iranien...

La fuite des capitaux s’accélèrent en Iran

L'une des crises majeures actuelles de l'économie iranienne est la fuite des capitaux, qui est mise en œuvre par...

Doit lire

La dégradation progressive du sol iranien, une menace irréversible

Le sol iranien connaît une mort lente et silencieuse....

La contestation en Iran

Les experts et observateurs du régime iranien expriment ouvertement...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous