IranNucléaireIran : Khamenei et le défi de JCPOA

Iran : Khamenei et le défi de JCPOA

-

En trainant les pieds, le régime iranien tente de défier les conditions attendues par les puissances occidentales dans les négociations nucléaires. Les analystes pensent que c’est dans l’espoir de les forcer à accorder plus de concessions au régime et à reculer quant à leurs demandes pour que le régime mette un terme à ses projets de missiles et ses activités déstabilisatrices dans la région.

C’est inacceptable pour les puissances occidentales. Dans une interview à Al-Arabiya TV le 2 octobre 2021, le ministre français des Affaires étrangères a souligné que la voie des négociations ne resterait pas ouverte en permanence et que les questions régionales et de missiles devaient être négociées.

Les responsables occidentaux ont mis en garde à plusieurs reprises. Le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, a déclaré que l’Iran devrait savoir que le temps n’est pas dans son meilleur intérêt et qu’il est préférable de revenir bientôt à la table des négociations.

Le président français Emmanuel Macron, lors d’un entretien téléphonique avec le président chinois, a également appelé le régime à adhérer aux termes de l’accord nucléaire de 2015, connu sous le nom de JCPOA, et a mis en garde le régime contre toute violation du JCPOA.

L’agence de presse SNN a cité le président français Emmanuel Macron : « L’Iran doit mettre fin aux activités qui contredisent les dispositions du JCPOA. (SNN, 27 octobre 2021)

Selon l’Evening Standard, Liz Truss, la ministre britannique des Affaires étrangères, a également averti : « L’Iran n’a aucune justification civile crédible pour son escalade nucléaire. Comme je l’ai dit clairement à mon homologue iranien, l’Iran doit retourner d’urgence à la table des négociations. Si l’Iran ne s’engage pas de manière significative dans les négociations, nous reconsidérerons notre approche. Toutes les options sont sur la table. » (Standard du soir, 27 octobre 2021)

Le représentant spécial des États-Unis pour l’Iran, Robert Malley, a partagé la « préoccupation croissante » des États-Unis concernant les avancées nucléaires militaires de l’Iran, déclarant que les pourparlers sur la relance de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015 étaient dans une phase critique.

Il a déclaré qu’il y avait « une inquiétude croissante quant au rythme et à la direction des progrès nucléaires de l’Iran ». (RT, 25 octobre 2021)

Le directeur général de l’Agence atomique internationale (AIEA) a récemment averti le régime d’abandonner sa politique d’intimidation et de ne pas perturber la surveillance par l’agence des inspections des installations nucléaires.

Bien que le régime veuille apparemment faire pression sur les pays négociateurs pour obtenir des concessions lors d’éventuelles négociations futures, la réalité est que le Guide suprêmes du régime, Ali Khamenei, ne peut pas déterminer la situation du JCPOA.

D’une part, il est sous la pression des pays occidentaux et de leurs menaces constantes, et d’autre part, même au sein de sa faction, il n’y a pas de politique unifiée, et il y a des déclarations contradictoires sur le JCPOA et ses discussions.

Des éléments au sein de la faction dure considèrent le JCPOA comme mort, car le porte-parole de Khamenei dans le journal Kayhan l’a qualifié de « poison mortel » et de « corps puant ».

Le président du régime, Ebrahim Raïssi, parle cependant de négociations ( dans une récente interview avec la chaîne de télévision d’État 1) : « L’Iran n’a jamais quitté la table des négociations, et nous sommes certainement sérieux au sujet des négociations axées sur des résultats ». (Chaîne de télévision d’État 1, 18 octobre 2021)

Les responsables iraniens, dont Khamenei, savent bien que céder aux « vraies négociations » souhaitées par les pays occidentaux signifie qu’ils doivent se soumettre à leurs demandes et négocier une politique régionale et antimissile, et qu’il est impossible de faire revivre le JCPOA de 2015.

Iran : Khamenei et le défi de JCPOA

Les médias d’État iraniens et les experts ont reconnu le fait que les prétendues tactiques du régime consistant à retarder et à ne pas céder aux « vraies négociations » souhaitées par les pays occidentaux sont des méthodes minables qui ne peuvent avoir aucun résultat pour le régime.

Le quotidien d’État Etemad a écrit : « La levée de toutes les sanctions nucléaires et non nucléaires a également été discutée lors des négociations de l’administration précédente, et finalement cette demande n’a pas abouti. Il convient de noter que lorsque les États-Unis utilisent les sanctions comme outil de pression, il est très peu probable que les États-Unis l’abandonnent complètement. Nous pouvons faire cette demande, mais dans la pratique, toutes les prédictions disent que cela ne sera pas rempli. » (Quotidien étatique Etemad, 28 octobre 2021)

Le quotidien public Arman est allé plus loin et a qualifié le comportement du régime de dangereux et a déclaré : « tout le monde est prêt à voir l’Iran entrer dans ces négociations sérieuses de manière décisive, transparente et précise, et le résultat devrait être celui que les membres du JCPOA attendent. Car l’impasse est une menace majeure qui tourne la tête à l’Iran et peut aller jusqu’à une intervention militaire. (Quotidien public Arman, 28 octobre 2021)

7,062FansLike
1,086FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crises incurables du régime iranien

Au cours des dernières années, les crises incurables du régime iranien ont conduit à une augmentation des protestations et...

En abattant PS752, le gouvernement iranien érode davantage la « confiance » du public

Certains événements provoquent une érosion de la « confiance », en particulier lorsque ces événements sont organisés par un...

Tumulte maximal au sein du régime iranien

À l'occasion du deuxième anniversaire de l'assassinat de Qassem Soleimani, de nombreux responsables iraniens ont parlé de vengeance. Dans...

Le budget bancal du gouvernement iranien

L'économie iranienne est en ruine. Les principaux problèmes de l'Iran sont de faibles taux de production et un niveau...

Le budget du gouvernement Raïssi favorise le clan au pouvoir en Iran

Le budget annuel dans la plupart des pays du monde est élaboré au cours d'un processus minutieux, impliquant une...

Comment Princeton a sacrifié un des siens pour maintenir ses liens avec les mollahs en Iran

Xiyue Wang, un ancien prisonnier américain qui a passé trois ans en Iran, a poursuivi l'Université de Princeton pour...

Doit lire

Les routes de la mort en Iran

Selon les médias d'État iraniens, au premier semestre 2021,...

Les agriculteurs continuent de protester à Ispahan contre la pénurie d’eau

Les protestations en cours à Ispahan ont atteint un...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous