IranNucléaireLe bourbier du régime iranien dans les négociations nucléaires

Le bourbier du régime iranien dans les négociations nucléaires

-

Après le premier cycle de négociations nucléaires de l’Iran avec les puissances mondiales, connu sous le nom de JCPOA, Ali Bagheri, le principal négociateur du régime iranien a déclaré : « Le résultat des six cycles de négociations précédents est un projet et non un accord. Rien n’est convenu tant que tout n’a pas été convenu. » (Quotidien d’État Entekhab, le 30 novembre 2021)

L’AP a rapporté mardi : « L’Iran a adopté une ligne dure mardi après seulement une journée de reprise des pourparlers à Vienne sur son accord nucléaire en lambeaux, suggérant que tout ce qui a été discuté lors des précédents cycles de diplomatie doit être renégocié. » (AP, 30 novembre 2021)

Après ce cycle de négociations dans la peur, les médias d’État iraniens ont mis en garde le régime contre l’échec des négociations.

Ils suggèrent au régime que le résultat des négociations est un jalon, donc, le régime ne devrait pas perdre cette opportunité et empêcher tout échec.

Le quotidien d’État Arman a déclaré que les négociations étaient suspendues à un « fil de cheveux » et a suggéré aux négociateurs du régime que « ces cheveux ne doivent pas être coupés » et s’ils sont coupés, « l’une des étapes les plus difficiles de l’histoire se passera » et « si les négociations échouent, des événements dangereux engloutiront le pays (lire le régime). La délégation iranienne ne devrait en aucun cas quitter les négociations les mains vides ». (Quotidien public Arman, 30 novembre 2021)

Ensuite, ce quotidien s’en est pris à la faction conservateur du régime et a déclaré : « avez-vous compris maintenant que la levée de toutes les sanctions est plus importante que l’incendie du JCPOA » Le guide suprême du régime avait dans le passé a dit que le JCPOA devrait être brûlé, mais maintenant la situation est devenue si critique qu’ils parlent de leur « peur et leur panique ». « S’ils croyaient vraiment que les sanctions sont un cadeau, pourquoi luttent-ils maintenant pour détruire ce cadeau ? » (Quotidien public Arman, 30 novembre 2021)

Les experts iraniens estiment que si les négociateurs cherchent un accord et souhaitent la levée des sanctions, ils doivent en payer le prix. Le prix comme l’écrit le chroniqueur du quotidien Jahan-e Sanat : « Les États-Unis veulent que l’Iran mette de côté ses ambitions non seulement dans l’utilisation du nucléaire mais aussi dans les affaires régionales définies par les États-Unis et les grandes puissances mondiales. Acceptez ce que les États-Unis appellent le terrorisme et abandonnez le soutien au terrorisme tel que défini par les États-Unis.»

Le bourbier du régime iranien dans les négociations nucléaires

Téhéran fait de nombreuses demandes maximalistes, dont aucune n’a été acceptée par le gouvernement américain, ce qui a conduit à l’arrêt des négociations.

Il s’agit de la garantie du gouvernement américain de ne pas imposer de nouvelles sanctions et de ne pas réimposer des sanctions précédemment levées. Ils ont demandé au gouvernement américain de débloquer 10 milliards de dollars d’actifs comme un premier geste de bonne volonté. Et enfin, ils ont demandé au gouvernement américain de s’assurer qu’ils ne quitteront plus jamais l’accord.

Les experts iraniens affirment que l’Iran n’a la possibilité d’aucune nouvelle manœuvre et qu’il est confronté à un dilemme et doit prendre la décision finale.

Pour éviter de plus grands dangers, le quotidien d’État Setareh-e Sobh a suggéré au régime : « Les négociateurs doivent être pleinement conscients des conséquences des négociations de relance du JCPOA et essayer de trouver un moyen d’éviter au moins les négociations. Cela pourrait, à court terme, ouvrir la porte à la négociation ou trouver un accord temporaire et laisser la porte ouverte à la négociation pour résoudre les différends à l’avenir. (Quotidien public Setareh-e Sobh, 30 novembre 2021)

En supposant que les négociateurs du régime acceptent une telle situation, alors le régime doit accepter une série de retraites et, comme l’a dit le chef suprême du régime Ali Khamenei, « être pris dans un déclin sans fin« , qui est la confrontation avec le peuple.

Si Téhéran n’accepte pas les conditions des États-Unis et de l’UE, il sera confronté à une grande confrontation dans la région. « La situation nationale, régionale et internationale du pays sera très différente de la situation actuelle après l’échec éventuel des négociations ; Rien de plus ne peut être dit pour le moment. (Quotidien public Arman, 30 novembre 2021)

« Si l’autre partie n’accepte pas la demande, cela mettra l’Iran (régime) dans une situation beaucoup plus difficile qu’auparavant »

7,062FansLike
1,086FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crises incurables du régime iranien

Au cours des dernières années, les crises incurables du régime iranien ont conduit à une augmentation des protestations et...

En abattant PS752, le gouvernement iranien érode davantage la « confiance » du public

Certains événements provoquent une érosion de la « confiance », en particulier lorsque ces événements sont organisés par un...

Tumulte maximal au sein du régime iranien

À l'occasion du deuxième anniversaire de l'assassinat de Qassem Soleimani, de nombreux responsables iraniens ont parlé de vengeance. Dans...

Le budget bancal du gouvernement iranien

L'économie iranienne est en ruine. Les principaux problèmes de l'Iran sont de faibles taux de production et un niveau...

Le budget du gouvernement Raïssi favorise le clan au pouvoir en Iran

Le budget annuel dans la plupart des pays du monde est élaboré au cours d'un processus minutieux, impliquant une...

Comment Princeton a sacrifié un des siens pour maintenir ses liens avec les mollahs en Iran

Xiyue Wang, un ancien prisonnier américain qui a passé trois ans en Iran, a poursuivi l'Université de Princeton pour...

Doit lire

Les routes de la mort en Iran

Selon les médias d'État iraniens, au premier semestre 2021,...

Les agriculteurs continuent de protester à Ispahan contre la pénurie d’eau

Les protestations en cours à Ispahan ont atteint un...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous