IranNucléaireIran : Le ministre des Affaires étrangères fait un...

Iran : Le ministre des Affaires étrangères fait un pied de nez à une action au Conseil de Sécurité

-

Iran Focus, Téhéran, 18 janvier – Mercredi, le ministre des Affaires Étrangères iranien, Manouchehr Mottaki, a tourné au ridicule l’Union Européenne qui menace de faire comparaître la théocratie devant le Conseil de Sécurité des Nations Unies pour son programme d’armes nucléaires présumé, affirmant qu’il n’y avait qu’un « faible » risque que le cas soit renvoyé à l’organe international de sécurité.

Mottaki a également averti l’UE de prendre garde à ne pas prendre de décisions hâtives à ce sujet, a rapporté l’agence de presse officielle.

« Étant donné les circonstances actuelles, nous pensons que les chances de voir le dossier nucléaire de l’Iran renvoyé devant le Conseil de Sécurité sont minces », a affirmé au Majlis (ou parlement) à Téhéran le ministre des Affaires étrangères iranien à la presse.

Le trio européen composé de la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne font pression sur les 35 États membres du conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique pour qu’ils renvoient le dossier nucléaire de Téhéran devant le Conseil de Sécurité de l’ONU lors de la prochaine session extraordinaire qui se tiendra les 2 et 3 février, en raison de la violation de l’Iran de son accord conclu avec eux par lequel il avait promis de ne pas reprendre ses activités nucléaires à son usine d’enrichissement d’uranium de Natanz.

Le directeur général de l’AIEA Mohamed ElBaradei a demandé à l’Iran de suspendre ses activités, mais Téhéran a officiellement rejeté cette requête.

« La reprise de certaines recherches nucléaires ne veut pas dire une reprise de la production de combustible nucléaire », a avancé Mottaki, qui maintient que les actions de Téhéran sont légales.

« Ces 10 dernières années, nous avons fait notre possible pour clarifier ce problème important grâce à des discussions avec les négociateurs européens, soit en échangeant des messages ou en menant des négociations avec d’autres membres du conseil des gouverneurs de l’AIEA dont la Chine, la Russie et les membres du Mouvement des non-alignés », a expliqué Mottaki.

Le ministre des Affaires étrangères a ajouté qu’il espérait que les États de l’UE « comprendraient ce message et les positions claires et transparentes de la République Islamique, qu’ils ne prendront pas de décisions hâtives et erronées comme le préconisent d’autres pays et qu’ils n’imposeront pas de conditions pénibles ».

7,062FansLike
1,086FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crises incurables du régime iranien

Au cours des dernières années, les crises incurables du régime iranien ont conduit à une augmentation des protestations et...

En abattant PS752, le gouvernement iranien érode davantage la « confiance » du public

Certains événements provoquent une érosion de la « confiance », en particulier lorsque ces événements sont organisés par un...

Tumulte maximal au sein du régime iranien

À l'occasion du deuxième anniversaire de l'assassinat de Qassem Soleimani, de nombreux responsables iraniens ont parlé de vengeance. Dans...

Le budget bancal du gouvernement iranien

L'économie iranienne est en ruine. Les principaux problèmes de l'Iran sont de faibles taux de production et un niveau...

Le budget du gouvernement Raïssi favorise le clan au pouvoir en Iran

Le budget annuel dans la plupart des pays du monde est élaboré au cours d'un processus minutieux, impliquant une...

Comment Princeton a sacrifié un des siens pour maintenir ses liens avec les mollahs en Iran

Xiyue Wang, un ancien prisonnier américain qui a passé trois ans en Iran, a poursuivi l'Université de Princeton pour...

Doit lire

Les routes de la mort en Iran

Selon les médias d'État iraniens, au premier semestre 2021,...

Les agriculteurs continuent de protester à Ispahan contre la pénurie d’eau

Les protestations en cours à Ispahan ont atteint un...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous