Life in IranLa vie en IranAmir Kabir, le réformateur iranien

Amir Kabir, le réformateur iranien

-

 Wikipédia : Amir Kabir , (env.1807 – 9 janvier 1852) était le chancelier de l’empire de Perse sous le règne de Nasseredin Shah. Son père, Karbalaï Ghorban, était cuisinier au service du chancelier Gha’em-Magham Farahani, ce qui permit à Mirza Taghi Khan d’apprendre le fonctionnement de la cour.
 

Son père, Karbalaï Ghorban, était cuisinier au service du chancelier Gha’em-Magham Farahani, ce qui permit à Mirza Taghi Khan d’apprendre le fonctionnement de la cour.

 Amir Kabir a été envoyé à la Sublime Porte afin de représenter la Perse lors des négociations visant à mettre fin aux centaines d’années de guerre entre les deux empires. Il a aussi aidé Nasseredin Shah à monter sur le trône, ce pour quoi le chah le fit chancelier et lui donna sa propre sœur en mariage.

Les dépenses du gouvernement furent fortement réduites pendant son gouvernement, et une distinction fut faite entre les possessions publiques et privées. Les instruments de l’administration centrale furent révisés, et Amir Kabir assuma la responsabilité dans tous les domaines de l’administration. De plus, Amir Kabir diminua les interférences des puissances étrangères dans les affaires domestiques de l’Iran.

Amir Kabir mit en place de nombreuses réformes en Perse. C’est lui qui fonda Dar-ol Fonoun, la première université inspirée d’un modèle européen en Iran. Il soutint aussi la fondation du premier journal iranien, Vaghaye-e etefaghiyeh (« les événements »), et diminua de manière draconienne les salaires que les membres de la famille royale recevaient du trésor national, ce qui poussa ceux-ci, menés par la mère du Shah Mahd Olia, à inventer des accusations contre lui. Ces gens ont convaincu le shah de démettre Amir Kabir de ses fonctions et de l’envoyer en exil à Kashan (la capitale de l’empire étant Téhéran).

L’ambassade russe aurait offert un refuge en Russie à Amir Kabir, ce qu’il aurait refusé. Plus tard, à un moment où le chah était ivrel, la mère du chah et ses assistants lui demandèrent un ordre afin d’exécuter Amir Kabir, ordre qui fut promptement exécuté dans les bains du jardin de Fin (Bagh-e Fin), près de Kashan, avant que le chah ne puisse l’annuler. Amir Kabir en toute connaissance de cause accepta sans résistance l’ordre impérial. Il demanda simplement de choisir de quelle manière il serait exécuté. Ce qui fut accepté. On lui coupa les veines. L’université de Technologie Amir Kabir de Téhéran porte aujourd’hui son nom.

 

7,062FansLike
1,119FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : les menaces invisibles de la relance du JCPOA: les menaces invisibles de la relance du JCPOA

Dans une annonce récente, le régime iranien a admis qu'il envisageait de construire un nouveau «réacteur de recherche» sur...

Le régime iranien et son  » gâteau sucré  » pour le peuple

Lors d'une soi-disant "cérémonie d'hommage", présentant le commandant du corps Sarallah de la province de Kerman, le deuxième plus...

Iran : la pauvreté provoquera les protestations malgré les plans de répression du régime

Ces jours-ci, le régime iranien est confronté quotidiennement à des rassemblements et des grèves de différents syndicats liés aux...

La justice belge suspend la perspective de la remise à Téhéran d’un Iranien condamné pour terrorisme

Bruxelles, 22 juil 2022 (AFP) – La cour d’appel de Bruxelles, saisie par des opposants iraniens en exil, a...

Iran : Un « réformiste » déplore 43 années de faillites financières du régime

S'adressant au site Web semi-officiel Ruidad 24, le "réformiste" Mehdi Pazoki a critiqué l'article du quotidien Kayhan sur les...

L’ONU salue la condamnation «historique» d’un iranien en Suède

La Haute commissaire aux droits de l'homme, Michelle Bachelet a salué vendredi 15 juillet la condamnation «historique» par la...

Doit lire

Le vice-président américain Mike Pence chez les Moudjahidine du Peuple d’Iran en Albanie

Le vice-président américain Mike Pence s’est rendu jeudi chez...

La dégradation progressive du sol iranien, une menace irréversible

Le sol iranien connaît une mort lente et silencieuse....

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous