MultimediaMécanisme de déclenchement des sanctions onusiennes et réactions du...

Mécanisme de déclenchement des sanctions onusiennes et réactions du régime iranien

-

Mécanisme de déclenchement des sanctions onusiennes et réactions du régime iranien

Par Pooya Stone
Avant et après l’annonce du retour des sanctions de l’ONU par le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, de vives réactions ont été exprimées par les dirigeants iraniens. Le fond de ces réactions est la suivante: la peur et le désespoir face au résultat des élections présidentielles américaines d’une part, et, bien sûr, des menaces creuses d’autre part.

Le chef du CGRI (pasdaran), le général Hossein Salami, a menacé les États-Unis : «Nous allons vous détruire».

L’appareil diplomatique du régime, ainsi que le président Hassan Rohani pour renforcer le moral des forces du régime, affirment que les États-Unis ont échoué politiquement et légalement et n’ont pas été en mesure de parvenir à un consensus au Conseil de sécurité. Lors d’une réunion du cabinet le 20 septembre, Rohani, tout en craignant apparemment les conséquences du mécanisme de déclenchement des sanctions, a lancé un carnaval de remerciements aux membres du Conseil de sécurité de l’ONU, revendiquant la victoire du régime.

«Je voudrais remercier l’Indonésie en tant qu’ancien Président du Conseil de sécurité et le Niger en tant que Président actuel du Conseil de sécurité pour sa résistance aux actions illégales des États-Unis, ainsi que la Russie et la Chine en tant que pays amis qui ont tenu bon contre l’irrationalité des États-Unis, ils ont résisté à la fois aux périodes précédentes et actuelle. Je dois également remercier les autres membres du Conseil de sécurité, les pays européens, les autres pays et tous les 12 à 13 pays qui ont soutenu l’Iran et ont tenu tête aux États-Unis. (Mashregh News, 20 septembre)

Or, le président du parlement Mohammad Bagher Ghalibaf a mis en garde l’ensemble du régime et qu’il ne fallait pas ignorer l’essence du problème avec ces optimismes.

«Nous ne devons pas nous réjouir de ces échecs juridiques et politiques des États-Unis et oublier que notre ennemi oppressif progressera pas à pas dans l’escalade des sanctions si cette négligence continue de remodeler le système de sanctions.»

Puis, mettant en garde contre «l’armée affamée», il a ajouté: «Nous ne devons pas retarder le pays et les moyens de subsistance du peuple à cause de l’Occident.» (Quotidien d’État Javan, 20 septembre)

Il a ajouté: «Nous devons donner la priorité au peuple, et nous devons profiter des expériences claires du peuple iranien et savoir que l’hostilité de l’Amérique envers cette nation est profondément enracinée et que Trump devienne président ou non, que ce soit Biden, il n’y aura aucune différence dans la politique principale consistant à frapper le peuple iranien. Nous devons donc nous concentrer sur le renforcement de la nation iranienne et déclarer une vraie victoire lorsque notre économie et notre population sont fortes et sentent que des changements tangibles ont eu lieu dans leur vie.» (Quotidien d’État Javan, 20 septembre)

Malgré les affirmations de Rohani sur l’isolement et l’échec juridique du gouvernement américain, les médias d’État montrent autre chose et ont clairement déclaré que l’accord superficiel de l’Europe avec le Conseil de sécurité de l’ONU est une sorte de parachèvement des pièces d’un puzzle pour un siège complet du régime.

«En attendant, il y a un danger qu’il ne faut pas négliger. La bagarre des États-Unis et des membres du Conseil de sécurité au sujet des sanctions multilatérales ne doit pas nous distraire du principal match américano-européen contre notre pays. Cette pièce commune ne repose pas sur la présence de Trump ou de Biden à la Maison Blanche. » (Resalat, 20 septembre)

Le quotidien Kayhan, qui reflète les points de vue du guide suprême Ali Khamenei, a écrit le 20 septembre: «L’opposition de l’Europe à la mise en œuvre par les États-Unis du mécanisme de déclenchement n’est qu’une manifestation d’opposition. Parce que les membres européens du JCPOA au cours des derniers mois et avant les États-Unis ont été à l’avant-garde dans le lancement de la mise en œuvre du mécanisme de déclenchement des sanctions.

Pour sortir de la crise, les hypothèses à la pointe de ce régime pourraient inclure les suivantes:

1. Mener une politique passive de patience et d’attente et, selon les médias d’État, éviter les «actions émotionnelles et réactives». Et rester dans le statu quo tout en attendant le résultat des élections américaines dans l’espoir d’une issue.

2. S’appuyer de plus en plus sur le JCPOA et se réjouir de la rupture entre l’Europe et les États-Unis, avec le soutien de la Russie et de la Chine. La même chose que Hassan Rohani a répétée, craignant les conséquences du mécanisme de déclenchement des sanctions.

3. Diminuer ses engagements avec le JCPOA et augmenter les activités d’enrichissement et la quantité d’uranium enrichi pour avoir le dessus. Cette politique ne fonctionnera plus en raison du retour des sanctions de l’ONU, dont une partie est la suspension des activités d’enrichissement et des activités liées à l’eau lourde.

4. Aller à l’extrême, démonter les caméras de l’AIEA, mettre fin aux inspections de l’AIEA et quitter le TNP, options que certains parlementaires du régime réclament.

5. Gérer une aventure terroriste pour sortir de la crise. Dans ce cas, il ouvre la voie à une action militaire dans le cadre des sanctions de l’ONU.

7,062FansLike
1,090FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Le régime religieux en Iran craint l’inévitable renversement

Le danger de disparition effraie grandement les principaux dirigeants religieux du régime iranien, les forçant à l'avouer en public,...

Le CNRI organise une conférence en France pour répondre à la nécessité de tenir le régime iranien responsable de ses crimes

Le 17 janvier, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a organisé une conférence à Auvers-sur-Oise, au nord...

Les crises incurables du régime iranien

Au cours des dernières années, les crises incurables du régime iranien ont conduit à une augmentation des protestations et...

En abattant PS752, le gouvernement iranien érode davantage la « confiance » du public

Certains événements provoquent une érosion de la « confiance », en particulier lorsque ces événements sont organisés par un...

Tumulte maximal au sein du régime iranien

À l'occasion du deuxième anniversaire de l'assassinat de Qassem Soleimani, de nombreux responsables iraniens ont parlé de vengeance. Dans...

Le budget bancal du gouvernement iranien

L'économie iranienne est en ruine. Les principaux problèmes de l'Iran sont de faibles taux de production et un niveau...

Doit lire

Le régime religieux en Iran craint l’inévitable renversement

Le danger de disparition effraie grandement les principaux dirigeants...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous