NewsResistanceRetour sur les manifestations de novembre de l’année dernière...

Retour sur les manifestations de novembre de l’année dernière en Iran

-

En novembre 2019, des manifestations dans près de 200 villes de toutes les provinces d’Iran ont secoué l’establishment islamiste en son cœur, alors que la population est descendue dans la rue avec des appels au changement de régime, à la démocratie avec le slogan « à bas le dictateur ».

Certains des plus grands régions de participation étaient auparavant considérés comme des bastions des mollahs. Mais au cours du soulèvement il est devenu clair qu’il existe un large soutien populaire pour le changement de régime.

Cela venait s’ajouter à la précédente soulèvement nationale de décembre 2017, qui fut considéré la plus grande depuis la révolution de 1979. Les deux manifestations récentes ont commencé sur des préoccupations économiques – la hausse du coût des denrées alimentaires et du carburant respectivement – mais sont rapidement devenues une question de changement de régime. La population scandait «les extrémistes, les réformistes: le jeu est terminé», rejetant toutes les factions du pouvoir.

Au lieu de résoudre les problèmes de la population, ils ont violemment sévi avec des arrestations et des meurtres. Lors des manifestations de novembre 2019, ils ont abattu 1500 personnes dans les rues en quelques jours.

L’opposition iranienne des Moudjahidine du peuple, (OMPI) a aidé à organiser les manifestations. Cela inquiète hautement le pouvoir intégriste qui a admis que l’OMPI dans la mobilisation du mouvement de protestation. Alors que pendant des décennies les autorités ont essayé de prétendre que l’OMPI a peu de soutien en Iran. En réalité, le gouvernement considère l’OMPI comme le seul groupe capable de le renverser, c’est pourquoi il a tenté d’exterminer l’OMPI lors du massacre de 30 000 prisonniers politiques en 1988.

«Bien qu’ils ne le disent jamais explicitement, il y a des signes clairs que les responsables iraniens reconnaissent ce phénomène et le craignent vivement. Parmi ces signes figurent leurs expressions publiques de leur engagement pour une répression violente, en particulier celle qui vise à reprendre les efforts passés pour anéantir l’OMPI dans son intégralité », a écrit Alejo Vidal-Quadras, président du Comité international pour la recherche de la justice (ISJ).

C’est ce qui a conduit au massacre de milliers de personnes et qui se traduit encore aujourd’hui par les meurtres des membres de l’OMPI et des manifestants par les forces de sécurité iraniennes. Mais la communauté internationale a regardé impassible.

«Il faut que une condamnation internationale des 1 500 personnes tuées il y a un an ou les autres exécution depuis lors. Il y a une longue histoire de violations des droits de l’homme par le régime en Iran, surtout contre le mouvement de résistance organisé », a écrit le président de l’ISJ.

«Personne n’a été tenu responsable devant un tribunal international pour le massacre de 1988 et la répression de novembre dernier a à peine été mentionnée dans les discussions politiques dans les démocraties occidentales. Malheureusement, il reste à voir si les puissances occidentales rectifieront ces oublis avant que Téhéran ne tente à nouveau d’anéantir l’opposition démocratique », a conclu Vidal-Quadras.

7,246FansLike
1,024FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Un diplomate iranien définitivement condamné en Belgique à 20 ans de prison

Avec l’AFP - Son procès avait été qualifié d'"historique" par l'opposition iranienne. La condamnation d'un diplomate iranien à 20 ans...

Le JCPOA n’offre aucun miracle économique

Les responsables iraniens pensaient que le changement de gouvernement aux États-Unis promettait de changer les perspectives économiques de l’Iran....

Iran : L’ayatollah Khamenei critique publiquement le chef de la diplomatie

Ali Khamenei, le guide suprême du régime iranien, a critiqué dimanche son ministre des Affaires étrangères pour avoir déclaré...

Participation des femmes dans le combat pour le changement en Iran

La Commission de la condition de la femme des Nations Unies a tenu sa 65e réunion en mars sur...

La situation désastreuse des retraités iraniens

Depuis des semaines, les retraités de la sécurité sociale en Iran protestent contre leurs mauvaises conditions de vie. Ils...

Trafic en Iran : Une préoccupation majeure

La traite des femmes en Iran est un réel problème, la plupart des victimes étant sorties clandestinement du pays...

Doit lire

Iran : L’ayatollah Khamenei critique publiquement le chef de la diplomatie

Ali Khamenei, le guide suprême du régime iranien, a...

Les médias d’État iraniens reconnaissent l’échec du régime

Par Sia Rajabi Les médias d’État iraniens outrepassent quotidiennement la...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous