NewsResistanceLes protestations contre la pénurie d'eau en Iran ravivent...

Les protestations contre la pénurie d’eau en Iran ravivent les opportunités et les menaces des soulèvements

-

Le 15 juillet, les habitants de la province iranienne du Khouzistan ont commencé à protester contre les pénuries d’eau graves et persistantes, attirant souvent l’attention sur le rôle joué par les politiques gouvernementales dans la création de cette situation, ainsi que sur le manque d’intérêt du gouvernement à soulager les gens d’une aggravation de la crise.

Depuis lors, les manifestations se sont poursuivies sans interruption et se sont étendues à d’autres zones qui souffrent de leurs propres pénuries d’eau, ainsi qu’à des villes dont les habitants souhaitent simplement exprimer leur solidarité avec les habitants du Khouzistan.

Cette solidarité était présente dès le début, mais elle a augmenté avec l’annonce d’une réponse violente des autorités iraniennes.

Le gouvernement a fait un effort concerté pour ralentir la diffusion des informations concernant la répression de la dissidence, mais certaines informations ont réussi à se répandre au sein de la communauté militante malgré les coupures totales d’Internet orchestrées par Téhéran.

Parmi ces informations figure le fait que plus d’une douzaine de personnes ont été tuées depuis le début des troubles.

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran a identifié douze personnes nommées qui ont été abattues par les tirs des autorités, et le groupe de résistance prodémocratie a noté qu’un certain nombre d’autres décès sont déjà survenus, bien que l’identité de ces victimes n’ait pas encore été confirmée.

L’OMPI et d’autres observateurs sur le terrain de l’évolution de la situation ont également signalé des arrestations massives parmi les participants directs au mouvement de protestation ainsi que parmi les militants connus et présumés qui, selon le régime, pourraient être impliqués dans la planification et l’organisation.

La situation générale rappelle de manière inquiétante les mesures de répression contre les mouvements de protestation précédents, y compris les soulèvements nationaux qui ont eu lieu au début de 2018 et vers la fin de 2019.

En premier lieu, une soixantaine de manifestants ont été soit abattus, soit mortellement torturés pendant et immédiatement après les manifestations de janvier 2018. Ces manifestations comportaient des slogans antigouvernementaux comme « Mort au dictateur » et ont ainsi rendu les responsables au pouvoir sensiblement préoccupés par la croissance de pression populaire en faveur d’un changement de régime.

Alors que le soulèvement de 2018 était à son apogée, le guide suprême Ali Khamenei a pris la décision inhabituelle d’admettre publiquement que l’OMPI – un groupe longtemps rejeté comme une « secte » dans la propagande du régime – était une force motrice majeure derrière les troubles.

Cette reconnaissance de la vulnérabilité politique a rendu le régime particulièrement sensible à la résurgence des troubles au lendemain de la répression initiale.

La dirigeante de la résistance iranienne, Maryam Radjavi, a appelé les militants iraniens à faire du reste de 2018 une « année pleine de soulèvements », et de nombreux groupes de manifestants l’ont obligée en organisant des manifestations dispersées qui étaient techniquement distincts du soulèvement national précédent, mais présentaient également bon nombre des mêmes slogans et appels explicites au changement de régime.

Ces manifestations ont contribué à maintenir les slogans antigouvernementaux en attendant le deuxième soulèvement de novembre 2019, et lorsqu’il a éclaté spontanément après l’annonce d’une forte augmentation des prix de l’essence fixés par le gouvernement, les autorités du régime ont réagi par une panique totale.

Le guide suprême Ali Khamenei a ordonné aux forces de sécurité de rétablir l’ordre par tous les moyens, et le Corps des gardiens de la révolution islamique a rapidement ouvert le feu sur des foules de manifestants dans tout le pays.

Environ 1 500 personnes ont été tuées en quelques jours et des arrestations massives ont conduit à l’mprisonnement d’au moins 12 000 personnes.

De nombreux détenus ont ensuite été soumis à une torture systématique au cours des mois, alors que les autorités cherchaient à obtenir de faux aveux et préparaient le terrain pour des poursuites sévères, y compris des poursuites pour crimes capitaux.

Maintenant, de nombreux critiques du régime iranien craignent, à juste titre, que ce schéma ne se répète dans les circonstances actuelles.

Ces inquiétudes sont amplifiées par le fait que les CGRI ont personnellement procédé à au moins 100 arrestations, ainsi que par le fait que le pouvoir judiciaire iranien et l’exécutif du gouvernement seront bientôt fermement entre les mains de personnalités dures avec une longue histoire de violations des droits de l’homme et aucun scrupule à promouvoir des exécutions massives ou à attaquer des manifestants avec une intention mortelle.

Le 5 août, Ebrahim Raïssi sera investi en tant que prochain président iranien, après avoir été promu comme une récompense apparente pour son rôle dans le massacre de 30 000 prisonniers politiques en 1988 et sa direction du pouvoir judiciaire lors de la répression de novembre 2019.

Il a déjà été remplacé en tant que chef du pouvoir judiciaire par Gholamhossein Mohseni Ejei, un juge tout aussi notoire dont l’héritage comprend la participation à une série d’assassinats de dissidents expatriés au cours des années 1980 et 1990.

Entre le 10 et le 12 juillet, le Conseil national de la Résistance iranienne a tenu un sommet international sur les affaires iraniennes au cours duquel des dizaines d’activistes et de partisans politiques de la coalition ont prononcé des discours soulignant le danger auquel le peuple iranien et le monde entier sont confrontés avec l’avènement de l’ère Raïssi.

Maryam Radjavi a prédit dans l’un de ces discours que la nouvelle ère serait celle dans laquelle « l’hostilité et l’inimitié entre le régime iranien et la société s’intensifieront plus que jamais».

Elle a également suggéré que ce serait un « test décisif » pour l’engagement européen et américain envers les principes des droits de l’homme qui sont tellement menacés par les attaques autoritaires contre le peuple iranien.

Ces prédictions étaient déjà bien fondées au moment du Sommet mondial de l’Iran libre, quelques jours avant le déclenchement des manifestations de pénurie d’eau au Khouzistan et au moins une semaine avant que des manifestations ne soient enregistrées à Téhéran, Tabriz, Saqqez, Zanjan, Mahashahr et d’autres localités dans toute la République islamique.

Maintenant, il est facile de soutenir que « l’hostilité et l’inimitié » auxquelles Mme Radjavi faisait référence sont déjà en train d’émerger à grande échelle, avec des implications à la fois positives et négatives pour le peuple iranien et ses partisans.

D’une part, les nouvelles manifestations démontrent la persistance d’attitudes de défi envers la dépression qui se sont manifestées dans les mois qui ont suivi la répression de novembre 2019, lorsque les militants ont continué à protester contre l’ensemble du régime iranien malgré le fait que 1 500 personnes venaient d’être tuées et que d’autres étaient face à la possibilité de la peine capitale.

D’un autre côté, la répression actuelle souligne le fait que Téhéran n’a subi que peu ou pas de conséquences pour ce massacre, et n’a donc peut-être aucune incitation réelle à éviter un résultat similaire ou pire dans le scénario actuel.

C’est vraisemblablement pourquoi le CNRI, dans sa déclaration concernant la mort d’une douzaine de manifestations pacifiques, a réitéré l’appel à l’action internationale qui avait déjà été lancé à plusieurs reprises lors du sommet. « La Résistance iranienne exhorte le Secrétaire général des Nations Unies, le Conseil de sécurité des Nations Unies, l’Union européenne et ses États membres à condamner ces crimes contre l’humanité et à prendre les mesures nécessaires pour affronter [le] régime [qui] a commis des crimes contre l’humanité pour plus de quatre décennies », indique le communiqué. « Les dirigeants du régime doivent être traduits en justice et le Conseil de sécurité de l’ONU doit engager toute action nécessaire pour [atteindre] cette fin.

7,224FansLike
1,066FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les effets dévastateurs de la pandémie de COVID-19 sur la société iranienne

Les taux de mortalité liés à la Covid-19 en Iran augmentent rapidement, la pandémie a également eu des effets...

 Amnistie internationale condamne l’impunité pour les morts suspectes en prison en Iran

L’ONG Amnistie Internationale s’est basé sur l’examen approfondi des comptes-rendus d’organisations de défense des droits humains et de médias...

L’Iran risque de faire face à une nouvelle oppression

L'Iran risque de faire face à une nouvelle oppression suite à l'annulation des lignes directrices 2030 de l'UNESCO. Le secrétaire...

Mafia de la drogue en Iran : 80 % des drogues ne sont pas traçables

Comme l'a récemment déclaré le porte-parole du Siège pour la lutte contre la traite en Iran, sur les 34...

Le cabinet du gouvernement iranien : le ministre de l’Intérieur recherché par Interpol

Il y a deux semaines, les candidats d'Ebrahim Raïssi aux postes de ministre dans son administration ont été approuvés...

L’équipe de la mafia économique du président iranien

Après avoir présenté les membres de l'équipe économique du président iranien Ebrahim Raïssi, il est devenu clair que ce...

Doit lire

L’objectif du sommet de Bagdad et son impact sur le gouvernement iranien

Le Sommet de Bagdad s'est tenu dans la capitale...

Iran : « La conquête du pouvoir par les courtiers et les corrompus »

La faction du Guide suprême iranien Ali Khamenei cherche...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous