NewsResistanceLes manifestations se poursuivent en Iran avec des slogans...

Les manifestations se poursuivent en Iran avec des slogans à bas Khamenei-Raïssi

-

Lors de la nomination de son cabinet au Parlement [Majlis] l’année dernière, le président des mollahs, Ebrahim Raïssi, a parlé de sa priorité et a présenté les « motions djihadistes » comme sa voie vers l’amélioration des moyens de subsistance des citoyens en Iran.

« Mon gouvernement donne la priorité à l’économie, à la stabilité économique, à l’amélioration des principaux indicateurs, et en un mot : au renforcement des moyens de subsistance de la population et au renforcement du climat des affaires », a-t-il déclaré lors de la séance publique du Majlis le 21 août 2021.

Après dix mois, les citoyens scandent régulièrement « A bas Raisi » dans leurs protestations sociales. Ils qualifient le cabinet de Raissi de « trompeur », qui a pillé les droits fondamentaux du peuple iranien pour compenser son déficit budgétaire et financer des mandataires extrémistes à Gaza et au Liban. « Mort au gouvernement trompeur » et « Ni Gaza ni le Liban, ma vie est pour l’Iran, le peuple opprimé est ici », scandent fréquemment les citoyens.

Des protestations sans cesse radicalisées, étendues et poursuivies
Les protestations continues et les griefs sociaux ciblant les hauts fonctionnaires, dont le guide suprême Ali Khamenei, Raïssi et le président du Majlis Mohammad Bagher Ghalibaf, sont sans précédent au cours des quatre dernières décennies.

Les manifestations se poursuivent en Iran avec des slogans à bas Khamenei-Raïssi

Après 43 ans de vie sous la théocratie, le peuple iranien a compris que les manœuvres publicitaires du gouvernement ne résoudraient pas ses difficultés, même pour de courtes périodes. Par conséquent, les décisions des responsables alimentent en effet la colère du public au lieu d’éteindre les objections.

À cet égard, des citoyens de différents horizons s’efforcent d’obtenir leurs droits à travers des manifestations de rue. En d’autres termes, ils ont réalisé que les ayatollahs et autres responsables, pour la plupart des commandants du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), ne répondent qu’au langage du pouvoir et de la fermeté.

« Nous ne pouvons obtenir nos droits que sur le tarmac », scandent fréquemment des personnes fatiguées lors de leurs rassemblements et marches. « Ni le Majlis [parlement] ni le gouvernement ne pensent à la nation », « Le Majlis et le gouvernement mentent au peuple » et « Nous avons entendu beaucoup de promesses, mais nos paniers de nourriture sont toujours vides ».

Dans le même temps, pas un jour ne s’est écoulé sans manifestations à l’intérieur du pays et les affrontements se font de plus en plus violents de jour en jour. La poursuite de ces mouvements par différentes classes montre la situation volcanique de la société. Déjà, le peuple a dénoncé les autorités par une apathie massive lors des élections de 2019 et 2021. Maintenant, ils ciblent bruyamment les hauts fonctionnaires avec des slogans haineux :

« Mort à Raisi ; Mort à Khamenei ; Mort au gouvernement trompeur».

Des alarmes sonores à propos de nouveaux soulèvements, en scandant «Raisi, Ghalibaf; c’est le dernier avertissement ; notre mouvement est prêt à se soulever ».

Dans le même temps, les citoyens s’expriment plus librement sur les réseaux sociaux. Ils expriment leur haine contre les crimes, la corruption et la mauvaise gestion de la théocratie et collaborent à des démarches en faveur de la justice. « Les responsables du cyberespace devraient prendre des mesures pour empêcher l’ennemi de faire ce qu’il veut« , a déclaré Khamenei le 28 mars.

Les loyalistes de l’État ont été confus
Dans de telles circonstances, même le Majlis contrôlé par Khamenei met en garde contre les décisions du gouvernement Raïssi et leurs conséquences. « Ces jours-ci, nous entendons continuellement des malédictions de la part des citoyens », a déclaré le 15 juin l’ecclésiastique Javad Nikbin, député de la province de Razavi Khorasan, dans le nord-est de l’Iran. Le gouvernement étrangle les gens avec du pain [des hausses de prix] ».

« Tous les gouvernements avaient besoin d’une intervention chirurgicale et l’ont pratiquée… Le cabinet Raïssi laisse les corps à moitié morts sans vie en augmentant les prix de 700 produits essentiels. »

« Les prix élevés ont brisé le dos du peuple », a déclaré Alborz Hosseini, un député de la province de Zanjan, dans le centre-ouest de l’Iran. Avertissement Raisi, député d’Ispahan Massoud Khatami, a déclaré que « la fureur du peuple brisera le dos de votre gouvernement si vous ne faites rien ».

Khamenei et Raïssi ont poussé le ministre du Travail Hojjatollah Abdolmaleki à démissionner, essayant de réprimer les protestations publiques. Cependant, les problèmes sont trop profonds pour être résolus par des changements de cabinet, car la démission d’Abdolmaleki n’a pas entraîné la fin des rassemblements, des marches et des manifestations. Cela a en effet prouvé que leurs dilemmes provenaient d’une autre source, Khamenei et Raisi. « Notre Seigneur, déracinez la tyrannie », scandent les citoyens, exprimant leur colère contre toute la dictature religieuse.

7,062FansLike
1,121FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les revenus pétroliers du régime iranien soutiennent le terrorisme

Le 2 août, John Kirby, le coordinateur du Conseil de sécurité nationale des États-Unis pour les communications stratégiques à...

Le régime iranien laisse la destruction dans son sillage mais craint un déferlement socio-économique

Lors du procès d'Hamid Noury, l'un des auteurs du massacre de 1988 par le régime iranien, les victimes et...

Iran : les menaces invisibles de la relance du JCPOA: les menaces invisibles de la relance du JCPOA

Dans une annonce récente, le régime iranien a admis qu'il envisageait de construire un nouveau «réacteur de recherche» sur...

Le régime iranien et son  » gâteau sucré  » pour le peuple

Lors d'une soi-disant "cérémonie d'hommage", présentant le commandant du corps Sarallah de la province de Kerman, le deuxième plus...

Iran : la pauvreté provoquera les protestations malgré les plans de répression du régime

Ces jours-ci, le régime iranien est confronté quotidiennement à des rassemblements et des grèves de différents syndicats liés aux...

La justice belge suspend la perspective de la remise à Téhéran d’un Iranien condamné pour terrorisme

Bruxelles, 22 juil 2022 (AFP) – La cour d’appel de Bruxelles, saisie par des opposants iraniens en exil, a...

Doit lire

Le vice-président américain Mike Pence chez les Moudjahidine du Peuple d’Iran en Albanie

Le vice-président américain Mike Pence s’est rendu jeudi chez...

La dégradation progressive du sol iranien, une menace irréversible

Le sol iranien connaît une mort lente et silencieuse....

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous