OpinionComment l'Occident devrait réagir à l'élection présidentielle en Iran

Comment l’Occident devrait réagir à l’élection présidentielle en Iran

-

Le Conseil des gardiens iranien, qui supervise les élections, a annoncé mercredi dernier la liste définitive des candidats approuvés pour l’élection présidentielle du 18 juin.

Dans un geste qui a choqué bon nombre d’observateurs, le Conseil a disqualifié plusieurs hauts responsables, dont l’ancien président du Parlement Ali Larijani, mais cela serait un moyen pour le guide suprême Ali Khamenei, qui nomme directement ou indirectement chaque membre du Conseil, de consolider le pouvoir au milieu d’une monté du nombre de la population mécontente.

Avec Larijani hors course, le favori est le chef du judiciaire, Ebrahim Raïssi, un fonctionnaire etr juge religieux, qui est personnellement responsable de la mort de centaines de prisonniers politiques lors du massacre de 1988, où 30 000 dissidents ont été assassinés en quelques semaines seulement, après des procès-bidons présidés par les soi-disant Commissions de la mort.

Le simple fait est que les élections en Iran ne concernent pas la démocratie ; ils ne sont qu’une simple façade qui ne sert qu’à légitimer la théocratie au pouvoir auprès du monde occidental tout en écrasant le peuple. Compte tenu de la situation actuelle en Iran, grâce à l’économie défaillante, à la pandémie et à l’augmentation des violations des droits de l’homme, le gouvernement est à son plus faible niveau jamais été atteint, et les responsables pensent qu’il s’agit de l’élection la plus importante depuis que les mollahs ont pris le pouvoir en 1979. Khamenei a besoin de consolider le pouvoir pour garder le contrôle un peu plus longtemps, c’est pourquoi le Conseil a disqualifié tous les candidats réformistes qui avaient une chance de gagner.

Après tout, le peuple a déjà exprimé clairement ses sentiments sur le système de gouvernement actuel lors de deux manifestations nationales depuis les élections présidentielles de 2017, ainsi que le boycott des élections législatives de l’année dernière. On pense que le peuple boycottera cette élection à une échelle encore jamais vue ; rejetant l’idée qu’il existe une différence entre les modérés et les extrémistes.

Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a déclaré : « Il n’y a plus d’excuse pour apaiser et s’engager avec ce régime. Toute interaction et coopération avec les mollahs sera au service de la répression et du meurtre du peuple iranien par le régime, de son obtention d’armes nucléaires et de l’incitation au bellicisme dans la région.

L’Occident doit mettre un terme à sa complaisance envers Téhéran, adopter une position ferme envers les mollahs, admettre que les élections sont illégitimes, demander des comptes à Téhéran pour ses crimes contre le peuple iranien et le reste du monde, et se tenir aux côtés du peuple iranien dans son combat pour la liberté.

7,224FansLike
1,055FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La Chine et la Russie se détournent de l’Iran

Les négociations pour relancer l'accord nucléaire iranien JCPOA de 2015 sont au point mort et la tâche du septième...

Iran : « Ne croyez-vous pas que la société explose ?

Esahq Jahangiri, le vice-président iranien, lors d'un rassemblement de responsables du régime, faisant référence aux crises telles que la...

Sommet mondial Iran Libre 2021 : troisième journée

Le troisième et dernier jour du « Sommet mondial de l'Iran libre» s'est tenu lundi, avec cette section de...

Sommet mondial pour un Iran Libre 2021 : 2ième journée

Le 11 juillet 2021 s’est tenu le deuxième jour du Sommet mondial pour un Iran libre 2021, que le...

Sommet mondial Iran Libre 2021 : première journée

Le Sommet mondial Iran Libre 2021 durant trois jours, organisé par le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI),...

L’Iran en colère contre les États-Unis et le soutien européen au groupe d’opposition

Des gens assistent à un rassemblement de protestation à Berlin, en Allemagne, le samedi 10 juillet 2021 dans le...

Doit lire

Iran : « Ne croyez-vous pas que la société explose ?

Esahq Jahangiri, le vice-président iranien, lors d'un rassemblement de...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous