UncategorizedSommet mondial pour un Iran Libre 2021 : 2ième...

Sommet mondial pour un Iran Libre 2021 : 2ième journée

-

Le 11 juillet 2021 s’est tenu le deuxième jour du Sommet mondial pour un Iran libre 2021, que le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) organise chaque année pour promouvoir un changement de régime démocratique dans le pays, car le peuple iranien a clairement indiqué qu’il souhaitait ce changement. Ceci est particulièrement important compte tenu de l’état chaotique du pays en ce moment.

L’objectif principal de l’événement de dimanche était que des dizaines de dignitaires intervenant de toute l’Europe et du monde arabe montrent leur soutien au changement de régime. Nous verrons ici des extraits de leurs discours.

La première personne à prendre la parole était Maryam Radjavi, présidente élue du CNRI, qui a déclaré que la communauté internationale doit mettre fin à son soutien au « boucher doté de l’arme nucléaire » qu’est le régime, affirmant qu’il est « au bord de l’effondrement » alors que les crises (pénurie d’eau, insécurité alimentaire, effondrement économique) augmentent à travers le pays.

Elle a déclaré que l’apaisement ne faisait qu’enrichir le régime et lui permettre d’augmenter son activité nucléaire, son terrorisme, son bellicisme et sa répression intérieure, ce qui va à l’encontre de l’intention de la communauté internationale.

Radjavi a déclaré que tout accord avec le régime doit garantir le retrait du “Corps des gardiens de la révolution (CGRI) d’Irak, de Syrie, du Yémen, d’Afghanistan et du Liban”, ainsi que la fin de la torture et de l’exécution d’Iraniens.

Elle a déclaré : « Rien de moins, dans n’importe quel emballage, équivaut à céder à la catastrophe nucléaire des mollahs [qui est] une partie importante de la stratégie de Khamenei pour échapper à son renversement… Malgré toutes ces souffrances, le peuple iranien et sa Résistance sont déterminés à renverser la dictature religieuse. Et peu importe que le régime soit doté de l’arme nucléaire ou non, nous le renverserons. »

La délégation britannique a ensuite pris la scène virtuelle, avec l’ancienne présidente de la Chambre des communes, la baronne Betty Boothroyd, parlant des récentes élections présidentielles et du boycott du peuple après la campagne de la Résistance. Elle a indiqué que le peuple iranien avait exprimé très clairement ses sentiments lorsqu’il n’était pas venu voter, montrant qu’il souhaitait un « véritable changement ».

Boothroyd a déclaré : « Après que Raïssi soit devenu président en Iran, le Royaume-Uni, l’Union européenne et les États-Unis d’Amérique doivent s’unir derrière le CNRI, sa présidente élue Mme Maryam Radjavi et le peuple iranien parce qu’ils sont nos meilleurs alliés pour assurer un Iran libre.

Elle a appelé le gouvernement britannique et l’Occident à adopter une politique ferme à l’égard de l’Iran concernant ses abus envers les Iraniens, le terrorisme, l’ingérence régionale et la prise d’otages. Elle a souligné la nécessité de « sanctions plus sévères » parce que le régime a « mépris » des pourparlers positifs ou le changement.

La baronne Sandy Verma a également soutenu la nécessité de faire davantage pour obliger le régime à rendre des comptes pour les « crimes contre l’humanité », en particulier Raïssi. Elle a en outre indiqué que l’Iran, dispose d’une “alternative démocratique” qui peut fournir “une feuille de route viable pour établir un pays libre, démocratique et laïc”.

Elle a déclaré : « L’avenir de l’Iran est déterminé par son peuple, et ils se sont levés sous la direction de femmes pour assurer un Iran libre et démocratique. Le Royaume-Uni, l’Occident et le reste du monde devraient être à vos côtés, reconnaissant et soutenant la lutte populaire pour le changement démocratique en Iran menée par le CNRI.

Ensuite, le député Steve McCabe a convenu de la nécessité de soutenir la Résistance, affirmant que si l’Occident les avait écoutés il y a des années, alors nous serions peut-être dans un état très différent en ce moment à propos du régime.

Il a déclaré: «Nous avons une deuxième chance. Nous avons vu la farce de la dernière élection présidentielle en Iran. Nous avons été témoins de la trahison de l’accord nucléaire. Il est maintenant temps de soutenir les aspirations démocratiques du peuple iranien. »

Ensuite, le député Bob Blackman, qui a indiqué qu’il existe un soutien important pour traduire le régime iranien en justice pour ses crimes, en particulier le massacre de 1988, et a déclaré que le Conseil de sécurité des Nations Unies doit renvoyer Raïssi devant la Cour pénale internationale et le juger pour ses rôles dans l’exécution de milliers de prisonniers politiques, notamment en 1988 et 2019.

Puis, c’est au tour de la délégation française, à commencer par le député Philippe Gosselin, qui promet que les parlementaires français soutiennent la Résistance et appelle le ministère français des Affaires étrangères et le premier ministre français à encourager la communauté internationale à mener une politique ferme sur l’Iran et à soutenir le La résistance.

La députée Michèle de Vaucouleurs a déclaré : « Nous sommes solidaires de la cause de la liberté de l’Iran et de Mme Maryam Radjavi. Nous soutenons la lutte contre le terrorisme. Nous sommes fiers d’appeler nos autorités à prendre des mesures contre les activités terroristes de l’Iran et la répression contre son peuple. Les récentes élections en Iran ont confirmé qu’il n’y a pas de modérés en Iran.

Le député Yannick Favennec, qui fait partie de la commission de la défense du Parlement, a dressé un bilan franc de la situation en disant qu’il y a deux camps ; l’un est « une pauvreté et une misère accrues”, avec de l’argent gaspillé sur les ambitions militaires et nucléaires du régime, tandis que l’autre camp est un “mouvement de résistance croissant” composé de personnes qui veulent la liberté.

Jean-François Legaret, coprésident du Comité des élus français pour un Iran démocratique, a évoqué l’élection « scandaleuse », la qualifiant d’« insulte à la démocratie » et affirmant qu’il n’y a « pas de place pour la liberté » sous les mollahs, surtout maintenant que Raïssi, qui « a supervisé la répression et les exécutions », est président.

Puis, Jean-Pierre Muller, membre du Conseil départemental du Val d’Oise, a déclaré : « Ce régime ne respecte pas les droits de l’homme. Raïssi était responsable du massacre de prisonniers en 1988. Les Iraniens traversent une crise économique et une crise sanitaire. Le peuple se révolte. Ils ont organisé un soulèvement en 2019. Le régime ne peut échapper à son sort.

La délégation du Parlement européen était le prochain groupe à prendre la parole. L’eurodéputé Antonio López-Istúriz White a été le premier à prendre la parole, affirmant que la pandémie avait “fait des ravages” sur les Iraniens et le fait qu’ils aient boycotté l’élection présidentielle prouve que le peuple ne fait pas confiance au régime, donc la communauté internationale doit amener Raïssi devant la justice pour ses crimes en utilisant les outils existants de l’Union européenne parce que le régime est incapable de réforme interne.

Il a déclaré : « La bonne politique ne devrait pas seulement se concentrer sur le programme d’armes nucléaires du régime, mais aussi sur son programme de missiles balistiques, son parrainage du terrorisme, son influence régionale malveillante et ses violations des droits humains. Tous ces éléments devraient faire partie d’une politique cohérente et globale envers le régime. L’Union européenne et la communauté internationale doivent se tenir aux côtés du peuple iranien dans sa quête de liberté. »

Francisco Javier Zarzalejos Nieto, un eurodéputé espagnol, a déclaré qu’il était consternant que Raïssi non seulement ait été impliqué dans le massacre de 1988, mais qu’il ait également exprimé sa fierté pour le meurtre de manifestants.

Il a déclaré: «Nous ne pouvons pas continuer comme d’habitude. Nous ne pouvons pas fermer les yeux sur les violations des droits humains et la répression des femmes. Nous ne pouvons ignorer le régime terroriste iranien. Nous devons montrer notre engagement en faveur de la démocratie et des droits de l’homme et notre soutien au peuple iranien. »

Ensuite, l’eurodéputé slovène Milan Zver a exprimé son soutien au droit du peuple iranien à « vivre dans un pays libre, stable, inclusif et démocratique » et a condamné l’arrestation de manifestants, la torture et l’exécution de prisonniers, affirmant que la communauté internationale doit tout faire en ses pouvoir pour mettre fin à ces violations des droits humains.

Zver a déclaré : « J’ai continuellement appelé la Commission et le Conseil européens à faire de la violation des droits de l’homme un élément essentiel de la relation bilatérale avec l’Iran et à imposer des sanctions ciblées contre les responsables d’atteintes aux droits de l’homme.

Un autre eurodéputé slovène, Franc Bogovič, a expliqué que le peuple iranien exige un changement démocratique et a espéré que ceux en Occident qui ont continué à essayer de modérer dans ce régime puissent voir qu’il n’y a “pas de modéré dans les dictatures meurtrières”.

L’ancien ministre libanais de l’Intérieur Ahmad Fatfat s’est également exprimé à ce stade, affirmant que l’Iran devrait être libéré du régime, qui mène des « guerres destructrices dans le Golfe » par le biais de la sédition religieuse, ainsi que du soutien de terroristes, comme le Hezbollah au Liban.

Il a dit : « Nous devons refuser le règne des mollahs. Nous devons promouvoir la paix et la collaboration. Nous devons faire pression sur l’Europe et les États-Unis pour éviter le piège de l’accord nucléaire. Certains pays européens accordent des concessions au régime même si cela se fait au détriment du peuple iranien et de la région. »

À ce stade, la conférence a présenté des vidéos de l’intérieur de l’Iran, avec des personnes de tous les secteurs de la société exprimant leur soutien au CNRI et leur espoir d’un Iran libre.

À la suite des vidéos, l’ancien Premier ministre algérien Sid Ahmed Ghozali a déclaré : « Le CNRI ne sert pas seulement son propre peuple, mais il sert la stabilité et la paix dans la région et dans le monde. Se tenir debout avec cette résistance contre le régime est notre devoir. Vive le [CNRI]. Nous sommes à vos côtés.

Ensuite, l’ambassadeur du Yémen en France, le Dr Riyad Yassin, a expliqué comment le régime soutenait les milices houthies qui détruisent actuellement le Yémen par la guerre civile, mais a noté qu’il était confiant dans la victoire car il n’y a “pas d’autre chemin que le rétablissement de la paix et stabilité”.

Par la suite, la délégation albanaise s’est adressée à la conférence, ce qui est d’autant plus remarquable que des milliers de résistants ont trouvé refuge dans le pays pour les sauver des attaques auxquelles ils étaient soumis par le régime en Irak dans les camps Achraf et Liberty.

Le chef du Parti démocrate, Edmond Spaho, a pris la parole en premier, déclarant que l’Albanie soutenait tous les peuples opprimés par le régime et qu’il était préoccupé par les violations continues des droits humains.

Il a déclaré : « Notre gouvernement a expulsé l’ambassadeur iranien de l’Albanie ainsi que trois diplomates de l’ambassade iranienne pour leurs engagements dans des complots terroristes contre la [Résistance] à Tirana. Les membres du Parlement albanais du Parti démocratique soutiennent le Conseil national de la Résistance iranienne comme l’alternative légitime pour instaurer la paix et la liberté en Iran.

Ensuite, la secrétaire de la commission des affaires étrangères, Elona Gjebrea, a déclaré que l’installation de Raïssi par le régime montre à quel point le régime est désespéré et a souligné que Raïssi doit être traduit en justice.

L’ancien député Namik Koplikut a expliqué que le monde a «l’obligation morale » de soutenir la Résistance et le peuple cntre le régime « maléfique », tandis qu’un autre ancien député, Klevis Balliu, a souligné que l’alternative de démocratie et de liberté de Radjavi est « inspirant”.

Après cela, la députée Orjola Pampuri a indiqué que “les dictateurs ne sont pas éternels” et qu’elle était heureuse de voir le changement arriver en Iran, mais a souligné que le pays n’avancerait pas sous le régime, c’est pourquoi elle soutient la Résistance.

La délégation allemande a ensuite fait ses déclarations. L’ancienne présidente du Bundestag allemand, la professeure Rita Süssmuth, a expliqué à quel point le régime est incapable de changer et que l’alternative est « la grande organisation de la présidente Maryam Radjavi ».

Elle a déclaré : « Maryam Radjavi se bat avec toute une série de femmes émancipées. Les femmes ne sont pas seulement la force du changement, mais aussi la force qui construit l’avenir. Les femmes sont fortes et vivent de manière responsable, et cela appartient à l’avenir de l’Iran. »

Le membre du Bundestag Martin Patzelt a expliqué que l’Europe a passé si longtemps à rechercher des modérés dans le régime et que c’était une erreur car cette idée était une illusion et elle ignorait le CNRI. Il a expliqué que les manifestations du peuple iranien et le boycott des élections montrent que le régime a « complètement perdu [la] confiance du peuple », tandis que la Résistance bénéficie d’un large soutien.

Kees de Vries, un autre membre du Bundestag, a déclaré : « Le fait que la majorité des amis iraniens ait certifié l’illégitimité de ce régime en s’abstenant de l’élection est important. Je soutiens le peuple iranien sur la voie de la liberté et de la démocratie.

Vient ensuite la délégation italienne, le sénateur Lucio Malan étant franc sur ce qui doit être fait, il a dit : « Assez d’apaisement. Il faut reconnaître qu’il existe à Téhéran un régime clérical dont le seul principe est d’augmenter son pouvoir. Le monde occidental doit cesser de prétendre que l’Iran est une vraie démocratie, et il doit reconnaître la situation réelle. Il doit reconnaître la résistance en Iran dirigée par Maryam Radjavi.

Le député Antonio Tasso a indiqué qu’il s’agissait de la « phase finale» du « régime cruel » et que le monde occidental doit soutenir le peuple et la Résistance dans la lutte pour « la dignité humaine, l’honnêteté, le courage, les droits et la liberté ».

La députée Stefania Pezzopane a déclaré : « Nous continuerons d’insister sur le fait que nos relations avec l’Iran doivent être conditionnées à l’amélioration des droits de l’homme. C’est une priorité. Nous ne devons pas abandonner nos convictions et l’UE ne doit pas accepter d’avoir quelqu’un comme le président actuel comme point de référence pour l’Iran.

La délégation suivante était de Scandinavie. Kimmo Sasi, un ancien ministre finlandais, a déclaré que « l’Iran est, malheureusement, une dictature », ce qui signifie que l’apaisement ne fonctionnera pas et que le seul moyen d’assurer le changement passe par la « révolution populaire ».

Sasi a déclaré : « Il est très important que l’UE porte tous les crimes du régime iranien devant la Cour internationale de justice pour garantir que ces personnes ne puissent pas échapper aux poursuites judiciaires. Il est temps que l’Union européenne coopère avec le peuple iranien et donne toutes les ressources au peuple iranien pour qu’il les utilise pour créer un monde meilleur.

L’ancien ministre islandais de l’Environnement, Edvard Júlíus Sólnes, a ensuite évoqué les élections, qui ont prouvé que la réforme interne est « impossible », comme l’a toujours dit la Résistance. Il a conseillé aux démocraties occidentales que le régime n’a que du mépris pour elles et qu’elles ne devraient pas négocier avec des « criminels ».

Ensuite, l’ancien ministre danois de la Culture, Uffe Elbaek, a déclaré : « Nous sommes solidaires du peuple iranien. Vous méritez de vivre dans une république démocratique. L’élection en Iran n’a pas été libre et l’homme qui est devenu président est un criminel. Je soutiens Mme Radjavi et son plan pour les droits de l’homme et un Iran démocratique.

Le prochain à prendre la parole était l’ancien député norvégien Lars Rise qui a souligné que le « renversement du régime » par la Résistance n’était pas loin et que Raïssi « devrait être devant la Cour pénale internationale de La Haye ».

Le président de la faction Fatah au Parlement palestinien, Azzam al-Ahmad, a expliqué que la « fraternité » entre la Palestine et la Résistance remontait à « plus d’un demi-siècle » pour lutter contre l’injustice et qu’il croyait que la victoire était à venir.

Une délégation de défenseurs des droits des femmes a été la suivante à prendre la parole. La première était Zamaswazi Dlamini-Mandela, la fille de Nelson Mandela, qui a déclaré que les femmes sont opprimées sous le régime ; y compris des restrictions sur l’éducation, l’emploi, le fait de quitter leur maison et la liberté de s’habiller.

Elle a dit : « Nous appelons la communauté internationale à condamner et à diaboliser de tels actes à leur encontre. Ils doivent soutenir le peuple iranien contre ce régime brutal. Nous devons reconnaître les femmes et les hommes courageux qui ont sacrifié leur vie et tout donné contre le système. »

Ensuite, Aude de Thuin, fondatrice du Women’s forum for the Economy and Society, a déclaré que la communauté internationale ne pouvait plus « garder le silence » et a salué l’activisme des femmes de la Résistance qui risquent leur vie pour la liberté.

Valentina Leskaj, Vice-Présidente de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, a déclaré : « J’ai vu tant de femmes iraniennes qui ont courageusement choisi de lutter pour les droits humains et la justice contre la dictature. Mais je crois fermement que la [Résistance] nous a donné un message fort concernant les droits des femmes. Cette résistance a montré le respect des droits des femmes et de la justice lorsqu’elles ont choisi d’avoir Madame Radjavi, une femme leader devant les mollahs.

Ensuite, Ranjana Kumari, directrice du Centre de recherche sociale en Inde, a expliqué que le plan en dix points de Radjavi garantirait la « liberté et les droits fondamentaux des femmes, l’égalité devant la loi et une participation égale à la direction politique ».

La députée suisse Laurence Fehlmann Rielle a déclaré : « Les femmes iraniennes se sont opposées au régime misogyne de l’Iran. La Résistance iranienne est une source d’espoir pour les femmes d’Iran. Ils méritent notre soutien pour restaurer la démocratie en Iran. Nous poursuivrons notre campagne de mobilisation des parlementaires suisses pour soutenir la lutte du peuple iranien.

Le jour de l’ouverture du Sommet, 50 000 sites dans 105 pays sur six continents se sont connectés virtuellement pour exhorter la communauté internationale à soutenir les Iraniens dans leurs efforts pour renverser les mollahs et instituer un gouvernement démocratique. Lors du plus grand événement en ligne jamais organisé, nous avons vu 1 029 législateurs, 11 anciens premiers ministres et 70 anciens ministres participer.
Dans un prochain contre rendu nous développerons la 3ième journée de ce Sommet qui s’est déroulé le 12 juillet.

7,224FansLike
1,066FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les effets dévastateurs de la pandémie de COVID-19 sur la société iranienne

Les taux de mortalité liés à la Covid-19 en Iran augmentent rapidement, la pandémie a également eu des effets...

 Amnistie internationale condamne l’impunité pour les morts suspectes en prison en Iran

L’ONG Amnistie Internationale s’est basé sur l’examen approfondi des comptes-rendus d’organisations de défense des droits humains et de médias...

L’Iran risque de faire face à une nouvelle oppression

L'Iran risque de faire face à une nouvelle oppression suite à l'annulation des lignes directrices 2030 de l'UNESCO. Le secrétaire...

Mafia de la drogue en Iran : 80 % des drogues ne sont pas traçables

Comme l'a récemment déclaré le porte-parole du Siège pour la lutte contre la traite en Iran, sur les 34...

Le cabinet du gouvernement iranien : le ministre de l’Intérieur recherché par Interpol

Il y a deux semaines, les candidats d'Ebrahim Raïssi aux postes de ministre dans son administration ont été approuvés...

L’équipe de la mafia économique du président iranien

Après avoir présenté les membres de l'équipe économique du président iranien Ebrahim Raïssi, il est devenu clair que ce...

Doit lire

L’objectif du sommet de Bagdad et son impact sur le gouvernement iranien

Le Sommet de Bagdad s'est tenu dans la capitale...

Iran : « La conquête du pouvoir par les courtiers et les corrompus »

La faction du Guide suprême iranien Ali Khamenei cherche...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous