UncategorizedSommet mondial Iran Libre 2021 : troisième journée

Sommet mondial Iran Libre 2021 : troisième journée

-

Le troisième et dernier jour du « Sommet mondial de l’Iran libre» s’est tenu lundi, avec cette section de la conférence intitulée « Mettre fin au régime iranien et aux violations systématiques des droits de l’homme ». Tous les participants au Sommet, organisé chaque année par le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), ont promis d’intensifier leurs efforts pour aider le peuple iranien à renverser le régime brutal et théocratique qui l’écrase.

Les principaux sujets de discussion lors de la conférence étaient :
– les violations systématiques des droits humains par le régime
le massacre en 1988 de 30 000 prisonniers politiques
– la nécessité immédiate de traduire en justice les hauts responsables du régime, en particulier le guide suprême Ali Khamenei, le président Ebrahim Raïssi et le chef du pouvoir judiciaire Gholam-Hossein Mohseni-Eje’I, pour les sujets susmentionnés
Le premier orateur était la présidente élue du CNRI, Maryam Radjavi, qui a expliqué que Raïssi est « l’homme de main du massacre de 1988 » et sa nomination à la présidence indique que le régime est sur le point de s’effondrer sous le poids des protestations du peuple. Elle a indiqué que cela montrait, une fois pour toutes, qu’il n’y avait pas de modérés dans le régime et que l’apaisement avec le « régime génocidaire » n’avait pas fonctionné.

Elle a déclaré : « En ce qui concerne la communauté internationale, c’est un test pour savoir si elle s’engagera et traitera avec ce régime ou si elle se tiendra aux côtés du peuple iranien. Nous disons à la communauté mondiale, en particulier aux gouvernements occidentaux, que le mollah Raïssi est un criminel coupable de génocide et de crimes contre l’humanité en 1988. Il est coupable parce qu’en tant que l’un des plus hauts responsables judiciaires du régime au cours des 40 dernières années, il a joué un rôle décisif dans l’exécution et le meurtre des enfants du peuple iranien.

Radjavi a noté que, comme Raïssi a déclaré être fier de ses crimes, cela indique qu’il ne fera que les perpétrer et qu’ils pourraient empirer à mesure que sa position au sein du régime augmentera. (On pense qu’il est le prochain en ligne pour être le guide suprême des mollahs.)

Elle a déclaré : « Au nom du peuple iranien et de sa Résistance, je souligne que les Nations Unies et la communauté internationale devraient reconnaître le massacre de 1988 en Iran comme un génocide et un crime contre l’humanité. J’appelle le Conseil de sécurité de l’ONU à prendre des mesures pour tenir les dirigeants du régime des mollahs, en particulier Ali Khamenei, Raïssi et Ejeii, responsables d’avoir commis un génocide et des crimes contre l’humanité. Les Nations Unies ne doivent pas permettre à Raïssi de participer à la prochaine session de l’Assemblée générale. Ce serait une insulte impardonnable aux peuples de tous les pays qui envoient leurs représentants aux Nations Unies. »

Après Maryam Radjavi se fut le tour d’une partisane de longue date du CNRI et ancienne sénatrice colombienne, Ingrid Betancourt, qui a redoublé d’efforts pour briser le mythe de la modération au sein du régime, expliquant que tous les mollahs « font partie de ce monstre assoiffé de sang », peu importe ce qu’ils disent.

Cependant, Ingrid Betancourt a juré que le régime ne survivrait pas et c’est grâce au travail acharné de Maryam Radjavi et du reste de la Résistance, que Betancourt a félicité pour leurs efforts constants pour libérer l’Iran.

Elle a dit : « C’est parce que les jeunes Iraniens le savent qu’ils vous suivent. C’est parce qu’il y a le visage d’une femme qui a souffert et qui n’abandonne pas qui représente la force et le bien en contraste avec les visages malfaisants des mollahs que les Iraniens envisagent aujourd’hui la fin de leur cauchemar.

Un autre ami du CNRI, qui a passé des années à les défendre, est l’ancien sénateur américain Robert Torricelli, qui a parlé du massacre, qu’il a décrit comme une « guerre [du régime] contre son propre peuple », et a rappelé que tout mollah qui protestait contre le crime contre l’humanité – peu importe la gravité de la réprimande – a été écarté du pouvoir. Il s’agit d’une référence au dauphin de Khomeiny à l’époque qui a critiqué en privé les commissions de la mort et a été démis de ses fonctions et assigné à résidence.

Il a déclaré : « Nous pouvons avoir nos divergences sur de nombreuses questions en Amérique, mais lorsqu’il s’agit de mettre fin à ce régime et de se tenir aux côtés du peuple iranien, vous ne pouvez pas obtenir un mince morceau de papier entre nous sur notre détermination.

Torricelli a appelé le reste du monde à “prendre position”, affirmant que si les Nations Unies accueillaient Raïssi lors de la prochaine Assemblée générale, “alors les Nations Unies n’appartiennent pas à New York”, car comment le pays de la liberté pourrait-il héberger « des terroristes, des despotes et des meurtriers de masse » ?

L’ancien Premier ministre italien Matteo Renzi a ensuite insisté sur le fait que la communauté mondiale, en particulier l’Union européenne, doit cesser d’apaiser le régime et commencer à soutenir le peuple et la Résistance s’ils veulent continuer à affirmer qu’ils valorisent la liberté.

Fredrik Reinfeldt, l’ancien Premier ministre suédois, a expliqué que quelque 100 000 expatriés iraniens vivent maintenant en Suède parce qu’ils ont fui le régime, mais a souligné que la majorité capable de sortir d’Iran sont les universitaires, les personnes hautement qualifiées, et les créatifs, qui peuvent être embauchés ailleurs. Il a déclaré que cela avait contribué à l’effondrement du pays, qui est le résultat direct de la répression du régime.

Il a dit : « Les autocrates, les gens au pouvoir absolu, ont toujours peur de leur propre population. Ils contrôlent toujours leur propre peuple parce que c’est le genre de paranoïa qui évolue toujours dans ce genre de pays. On voit aussi que là où il y a le pouvoir absolu, on a vu qu’ils veulent se montrer plus démocrates.»

Reinfeldt a ensuite appelé le reste du monde à se lever et à soutenir la Résistance afin d’organiser des élections démocratiques dans le pays car « personne ne devrait avoir le pouvoir absolu ».

L’ancien Premier ministre irlandais, Enda Kenny, a ensuite exhorté l’ONU et le Conseil européen à faire plus pour affronter le régime des droits de l’homme à chaque occasion, citant des abus flagrants tels que des flagellations, des disparitions et des exécutions.

Un autre ancien Premier ministre italien et directeur du Fonds monétaire international, Carlo Cottarelli, a déclaré : « Les piètres performances économiques de l’Iran témoignent d’erreurs dans les politiques intérieures, d’un manque de réforme économique et de graves lacunes dans le cadre de la gouvernance économique. Au cours des dernières décennies de l’ère post-révolutionnaire, l’économie iranienne a souffert d’une grave mauvaise gestion économique, qui s’est ajoutée aux conséquences économiques de la mauvaise gestion politique. »

Ensuite, l’ancien Premier ministre belge Guy Verhofstadt a expliqué que le régime ne se transformera jamais en démocratie, peu importe à quel point l’Occident rabâche les « durs et les modérés », qu’il a qualifiés de « canular ».

Il a parlé des élections en tant que « farces » qui ont fait de Raïssi président le mois dernier, indiquant que Raïssi n’accepterait aucune des réformes nécessaires à l’intérieur de l’Iran, comme les inspections nucléaires de l’Agence internationale de l’énergie atomique pour préserver l’accord nucléaire de 2015, car il déteste les valeurs démocratiques et est sous sanctions américaines pour le meurtre de prisonniers politiques.

Verhofstadt a déclaré : « Je pense que nous devons nous efforcer de relancer l’accord, mais pas à n’importe quel prix. Je pense que ce serait une erreur fatale de se concentrer uniquement sur la menace nucléaire et de considérer les violations des droits de l’homme comme un problème secondaire. Nous devons poursuivre une double stratégie dans laquelle nous accordons une plus grande importance aux droits de l’homme tout en essayant d’établir un environnement plus sûr au Moyen-Orient.

L’orateur suivant était l’ancien Premier ministre roumain Petre Roman, qui a déclaré que le peuple iranien et sa Résistance donnent au monde l’espoir « d’un Iran pacifique et prospère », surtout maintenant que le nouveau président iranien est connu pour « avoir commis des crimes contre l’humanité ». Roman a appelé à des enquêtes de l’ONU sur ces atrocités pour soutenir la lutte du peuple pour la liberté.

Ensuite, il était temps de se tourner vers les vidéos en direct des membres de la Résistance en Iran, qui ont risqué leur vie pour envoyer ces messages à cause de la répression violente du régime contre la dissidence.

Un intervenant d’Ahvaz a expliqué les problèmes auxquels la population est confrontée à cause du régime, notamment le manque d’eau potable malgré le fait qu’il habite près de l’une des plus grandes rivières du pays, tandis qu’un interlocuteur de Téhéran a partagé ses espoirs que l’année prochaine Radjavi lui fera adresse de la place de la Liberté à Téhéran.

Un autre orateur a déclaré : « Au cours des 40 dernières années, le peuple iranien a enduré une grande douleur et une grande agonie, et il est soumis à une oppression brutale de la part de modèles despotiques qui ont essayé de faire taire nos voix… votre lutte est pour leur liberté et leur égalité dans un Iran libre, et cela nous a donné de l’espoir.

L’ancien sénateur américain Joe Lieberman a ensuite parlé du changement de régime comme de la seule solution à la crise en Iran, car tout le reste a échoué et il est « évident » que le régime ne changera pas et le peuple iranien, avec l’aide du reste de la monde, doit le changer.

Il a déclaré : « Je n’ai jamais été aussi optimiste, mes amis, que le régime iranien est en train de pourrir en son sein et est prêt à tomber. En août de cette année, au lieu d’entrer dans le bureau présidentiel à Téhéran, Ebrahim Raïssi devrait être conduit devant la Cour pénale internationale de La Haye et inculpé de crimes contre l’humanité.»

Lieberman a évoqué le fait que le régime a longtemps essayé de salir la Résistance « compétente et capable », qui a toujours cherché à révéler les crimes du régime (c’est-à-dire les armes nucléaires et les actions terroristes).

Il a déclaré : « Comment les dirigeants mondiaux, y compris les dirigeants américains, peuvent-ils négocier rationnellement avec le régime qui a tué des milliers de citoyens américains et de citoyens de nos alliés et, bien sûr, de l’Iran lui-même ? Comment pourrions-nous négocier avec un Etat qui s’est constamment avéré incapable de tenir ses promesses diplomatiques, et comment pourrions-nous maintenant négocier avec un régime qui a choisi comme prochain président un meurtrier de masse ?»

Lieberman a noté, comme beaucoup d’autres l’ont fait lors de ce Sommet, que la présidence de Raïssi brise le mythe de la modération, ce que la Résistance et le peuple disent haut et fort depuis de nombreuses années, il faut appeler maintenant à un changement de régime.

Il a dit : « Chacun de nous qui vivent en dehors de l’Iran doivent maintenant décider et planifier ce que nous ferons pour soutenir la Résistance iranienne alors qu’elle se lève dans la révolution. Ici en Amérique, nous devons travailler pour convaincre l’administration Biden que ses propres politiques et valeurs, qui, selon le président, doivent remettre les droits de l’homme et la promotion de la démocratie au cœur de notre politique étrangère, doivent conduire l’administration à cesser d’essayer de négocier avec le gouvernement maléfique de Téhéran et commencer à soutenir le peuple iranien qui veut le renverser.»

Ensuite, Robert Joseph, l’ancien sous-secrétaire d’État américain au contrôle des armements et à la sécurité internationale, a expliqué que le régime est maintenant de plus en plus désespéré face aux appels accrus au changement de régime.

Il a déclaré : « Le peuple iranien se soulève. Ils en ont tout simplement assez. Ils ont vu leur pays bien-aimé devenir une prison pour ceux de l’intérieur et un paria pour ceux de l’extérieur. La sélection de Raïssi comme président est le reflet de la faillite morale des mollahs. Raïssi est un meurtrier de masse prouvé.»

Joseph a appelé le monde à ne pas prolonger la durée du régime au pouvoir, car ils seraient considérés comme un «pur mal» dans les livres d’histoire. Il a déclaré que la communauté internationale doit soutenir les droits de l’homme, plutôt que de répéter l’erreur de négocier avec le régime comme en 2015.

Il a déclaré : « C’est un argument courant mais faux selon lequel empêcher le régime d’acquérir une arme nucléaire en rejoignant le JCPOA doit être la priorité. En fait, les ressources qui iraient au régime prolongeraient le régime. Cela prolongerait la répression du peuple iranien et cela prolongerait également la menace nucléaire elle-même. »

Joseph a en outre indiqué qu’il ne servait à rien d’accepter un accord avec le régime, car ils ont renié tous les accords qu’ils ont conclus.

L’ancien directeur du FBI, Louis Freeh, a ensuite expliqué que Raïssi est “un suspect documenté de crimes de guerre“, et de crimes contre l’humanité. Il a appelé la communauté juridique et les chefs d’État à faire pression pour que les mollahs soient tenus de rendre des comptes.

Il a déclaré : « Notre gouvernement devrait garder [le casier judiciaire du régime] à l’esprit alors qu’il essaie de renégocier un nouveau pacte [avec le régime]. Nous garderons à l’esprit cette perspective qui est une vision à long terme mais une question critique de responsabilité qui doit être abordée, et nous aurons les moyens et la volonté de le faire et ce sera l’acte final de justice contre le régime qui a abandonné toute notion de justice.»

Ensuite, l’ancien conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, John Bolton, un partisan de longue date de la Résistance, a expliqué qu’il était évident que Raïssi serait le prochain président car la nécessité de réprimer les manifestations était plus importante que la façade d’une aile modérée du régime.

Il a déclaré : « Je crains même une augmentation de la répression interne, et une poursuite et même une augmentation de la belligérance internationale, en Irak, en Syrie, au Liban et au Yémen. Les véritables objectifs du régime de Téhéran ne sont pas la paix et la sécurité dans la région. C’est l’hégémonie.»

Bolton a expliqué que les concessions envers le régime n’amélioreraient pas la situation car elles sont considérées comme un « signe de la faiblesse [de l’Occident] », c’est pourquoi il a déclaré que les États-Unis ne devraient pas réintégrer l’accord nucléaire.

Il a déclaré : « Les États-Unis ne devraient pas lever leurs sanctions économiques. Ils doivent rester en place et nous devons aider le peuple iranien qui est un opposant légitime au régime qui ne cherche rien de plus que la liberté et la possibilité de choisir son propre gouvernement. Notre politique déclarée et son objectif déclaré devraient être de renverser le régime des mollahs et de le remplacer par un gouvernement élu par le peuple iranien. »

Ensuite, ce fut au tour de plusieurs anciens prisonniers politiques de décrire les conditions horribles à l’intérieur des prisons iraniennes, en se concentrant particulièrement sur le massacre de 1988 et le rôle de Raïssi.

Matin Karim, qui n’avait que 15 ans à l’époque, a décrit son expérience directe de la façon dont Raïssi traitait les prisonniers politiques, ce qui comprenait la torture et les simulacres d’exécutions. Tandis que Saleh Kohandel, qui a passé 12 ans en prison pour avoir soutenu la Résistance, a expliqué qu’il connaissait plusieurs personnes exécutées et a indiqué que les prisonniers politiques étaient torturés et privés de soins médicaux.

Majed Karim a décrit les actions de Raïssi dans la prison de Karaj, en particulier celles contre les étudiants impliqués dans le mouvement de résistance, décrivant la torture et l’exécution de ses amis sur les ordres de Raïssi. Mohammad Farmani, qui a été arrêté en 1981, a décrit en outre comment Raïssi a été impliqué dans son arrestation et dans l’émission de fausses accusations contre lui, ainsi que dans le fait qu’il a dû assister à plusieurs exécutions.

Les deux premiers jours du Sommet ont été le plus grand événement en ligne faisant écho à l’appel du peuple iranien au renversement du régime et à l’instauration d’une démocratie en Iran. Il reliait 50 000 sites et présentait plus de 1 000 politiciens et de nombreux autres soutiens de la Résistance.

7,224FansLike
1,066FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les effets dévastateurs de la pandémie de COVID-19 sur la société iranienne

Les taux de mortalité liés à la Covid-19 en Iran augmentent rapidement, la pandémie a également eu des effets...

 Amnistie internationale condamne l’impunité pour les morts suspectes en prison en Iran

L’ONG Amnistie Internationale s’est basé sur l’examen approfondi des comptes-rendus d’organisations de défense des droits humains et de médias...

L’Iran risque de faire face à une nouvelle oppression

L'Iran risque de faire face à une nouvelle oppression suite à l'annulation des lignes directrices 2030 de l'UNESCO. Le secrétaire...

Mafia de la drogue en Iran : 80 % des drogues ne sont pas traçables

Comme l'a récemment déclaré le porte-parole du Siège pour la lutte contre la traite en Iran, sur les 34...

Le cabinet du gouvernement iranien : le ministre de l’Intérieur recherché par Interpol

Il y a deux semaines, les candidats d'Ebrahim Raïssi aux postes de ministre dans son administration ont été approuvés...

L’équipe de la mafia économique du président iranien

Après avoir présenté les membres de l'équipe économique du président iranien Ebrahim Raïssi, il est devenu clair que ce...

Doit lire

L’objectif du sommet de Bagdad et son impact sur le gouvernement iranien

Le Sommet de Bagdad s'est tenu dans la capitale...

Iran : « La conquête du pouvoir par les courtiers et les corrompus »

La faction du Guide suprême iranien Ali Khamenei cherche...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous