EconomyÉconomieMafia de la drogue en Iran : 80 % des drogues...

Mafia de la drogue en Iran : 80 % des drogues ne sont pas traçables

-

Comme l’a récemment déclaré le porte-parole du Siège pour la lutte contre la traite en Iran, sur les 34 000 milliards de tomans du chiffre d’affaires annuel de la drogue dans le pays, environ 25 000 milliards de tomans, ce qui équivaut à 80 pour cent, ne sont pas traçables et il n’y a aucun contrôle sur sa distribution, ce qui crée des pertes extrêmes pour l’économie du pays.

Les principaux trous de cette fuite sont les pharmacies, les hôpitaux et le réseau d’approvisionnement, de distribution et de consommation.

Les responsables de la santé ont affirmé que si les informations sur les médicaments étaient enregistrées dans le système Titak, le retrait des médicaments du réseau ne se ferait pas si facilement.

Mais il semble que l’adjoint à la santé n’ait aucun intérêt à coopérer pour enregistrer la distribution de drogue dans le système Titak, ce qui fait craindre que le ministère de la Santé facilite le trafic de drogue. Ce scepticisme est provoqué par le fait que l’adjoint à la santé ne montre aucun intérêt à se joindre aux réunions pour enquêter sur la fuite de médicaments.

La mafia de la drogue est une vieille histoire en Iran et en regardant vers le passé, sa trace est visible. Pendant longtemps, la rue Nasser Khosrow était le marché noir des médicaments de contrebande et des faux, devenu le dernier espoir des patients qui ne pouvaient trouver leur médicament dans aucune pharmacie.

Aucun responsables ne nie cet situation alors que la plupart d’entre eux sont faux et mettent en danger la vie des gens. Saeed Namaki, l’ancien ministre de la Santé a souligné la corruption au sein de la Food and Drug Administration et l’existence de la mafia de la drogue et des « signatures dorées ».

Un système que Namaki a affirmé plus tard qu’ils devaient y faire l’objet de réformes, mais cela ne s’est pas produit.

Maintenant, Mohammad Reza Dehghaninia a avoué l’existence de la mafia de la drogue et la corruption: «Actuellement, seuls environ 6 500 milliards de tomans de médicaments sont surveillés en raison de l’enregistrement dans le système Titak, mais environ 25 000 milliards de chiffres ne sont pas traçables et il est possible d’obtenir ces articles hors de la chaîne habituelle. »

Les racines de cette corruption généralisée se trouvent dans le système de soutien de la Food and Drug Administration (Titak), qui, selon Mohsen Jalavati, directeur général adjoint de l’ONG Transparency Watch, est possible de manipuler et d’importer les informations souhaitées, donc que même ceux qui ne reçoivent pas la devise d’importation de 4200 tomans ont pu obtenir la devise en important des médicaments interdits.

La surprise est que ce système est aux mains de soi-disant privés majoritairement contrôlés par les Gardiens de la Révolution (CGRI), et que les responsables de la santé du régime n’ont aucun contrôle dessus.

Un autre système qui aide les passeurs et cette chaîne de drogue corrompue est la coutume du pays contrôlée par les pasdarans.

Seyed Heidar Mohammadi, directeur général des affaires pharmaceutiques sous le contrôle de la Food and Drug Administration a déclaré que la coutume n’a jamais accepté de donner les informations d’inventaire des marchandises qui sont stockées dans les dépôts publics aux institutions spécialisées telles que le ministère de la Santé, Ministère de l’Agriculture, Ministère des Communications et Ministère des Industries et des Affaires.

7,224FansLike
1,070FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les protestations vont s’intensifier avec l’aggravation de la crise économique en Iran

Alors que les conditions économiques en Iran s'aggravent de jour en jour, les citoyens iraniens se mobilisent pour protester...

Les fillettes victimes des lois moyenâgeuses en Iran

Au premier semestre de cette année, 791 bébés sont nés en Iran de mères qui sont elles-mêmes des enfants...

Le JCPOA est devenu un «cadavre puant» pour les dirigeants iraniens

Hossein Shariatmadari, rédacteur en chef du quotidien iranien Kayhan, principal porte-parole du guide suprême du régime Ali Khamenei, a...

Iran : un désastre économique et sociale provoqué par la gabegie des dirigeants

Selon les statistiques mondiales, l'Iran se classe en tête de liste des 10 pays avec la plus forte croissance...

La misère des enseignants iraniens

Alors que le monde célébrait la Journée des enseignants le 5 octobre, pour honorer les enseignants et leur travail...

Indignation publique après l’exécution d’un prisonnier innocent en Iran

Bien qu'il ait été acquitté, Abbas-Gholi Salehi, 42 ans, a été exécuté mercredi dernier par le régime iranien à...

Doit lire

L’objectif du sommet de Bagdad et son impact sur le gouvernement iranien

Le Sommet de Bagdad s'est tenu dans la capitale...

Iran : « La conquête du pouvoir par les courtiers et les corrompus »

La faction du Guide suprême iranien Ali Khamenei cherche...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous