IranNucléaireLe JCPOA, un piège non maniable pour le régime...

Le JCPOA, un piège non maniable pour le régime iranien

-

Ces derniers jours, les positions et actions des pays occidentaux parties à l’accord nucléaire international avec l’Iran, connu sous le nom de JCPOA, montrent que la situation du régime iranien est devenue plus critique que jamais.

Le sommet du G20 s’est terminé sur une ombre d’ambiguïté mettant son fardeau sur le sort du JCPOA. Les puissances occidentales constatent que le régime avec ses actions gagne du temps et qu’il n’y a aucune perspective de revenir aux négociations.

Ainsi, le ton ders responsables européens a changé et même les responsables russes que le régime considère comme ses alliés se moquent de la position du régime.

Le JCPOA, un piège non maniable pour le régime iranien

Après de nouvelles sanctions contre les systèmes de drones du régime, le président américain Joe Biden avertit maintenant le régime qu’il répondra aux attaques de drones du régime, en s’appuyant sur toutes les options sur la table.

L’Allemagne, la France et le Royaume-Uni, ainsi que les États-Unis, ont déclaré en marge du sommet du G20 que les actions du régime ne signifiaient que la volonté du régime pour construire une bombe nucléaire.

Soulignant que le régime devrait venir à la table des négociations, ils ont souligné que d’autres actions destructrices du régime devaient être abordées dans les négociations, en plus de la question nucléaire.

Seyed Jalal Sadatian, ancien ambassadeur du régime à Londres, a prévenu : « Dans la déclaration des quatre pays, leurs positions se rapprochent et cela est dangereux pour Téhéran ».

Parallèlement à cette déclaration, des bombardiers stratégiques de l’armée américaine ont survolé le golfe Persique à proximité des frontières du régime et en manœuvre.

Le régime n’a aucune issue et doit accepter les demandes des puissances mondiales qui demandent de mettre sur la table les activités antimissiles et régionales du régime, ou il fera face à des réactions plus dures, selon les analystes. Cela est devenu plus critique pour le régime, car plus personne ne fait confiance au régime et le temps presse pour le régime.

Le quotidien d’État Mostaghel du 2 novembre 2021, dans un article intitulé ‘The Inconclusive JCPOA’ écrivait : « Il semble que l’avenir du JCPOA reste incertain, et tout est ambigu. L’Iran a annoncé qu’il reprendrait les négociations avant la fin novembre, mais les responsables américains envisagent la question avec scepticisme.

Des sources à Washington ont déclaré à CNN que des pourparlers étaient en cours pour augmenter la pression sur l’Iran sous l’administration Biden alors que l’Iran se rapproche de la construction d’une arme nucléaire. Malgré la volonté des parties américaine et iranienne de poursuivre les négociations, l’avenir du JCPOA semble rester incertain et tout est dans une aura d’ambiguïté. »

Les autres médias d’État en Iran mettent en garde contre les dangers cachés. Le quotidien public Siasat-e-Rooz du 1er novembre 2021, a écrit : « L’accord que recherchent les États-Unis et l’Europe est un accord qui obligera l’Iran à commercialiser ses avancées et ses capacités en matière de missiles et à réduire son influence dans la région. Une telle chose désarmerait en fait (le système).

Le quotidien Mostaghel a averti que le régime faisait face à un avenir dangereux et a écrit : « Le programme nucléaire est devenu le premier remblai au-delà de sa nature économique. En d’autres termes, elle est devenue la première place forte qui, si elle est conquise par l’ennemi, entraînera la chute d’autres places fortes.

Ils voient les prochains bastions comme des rôles régionaux, des capacités d’armement, des droits de l’homme et même l’existence d’un système appelé la République islamique. (Quotidien d’État Mostaghel, 1er novembre 2021)

Pendant ce temps, le quotidien d’État Setareh-e-Sobh a présenté les rêves du régime de devenir une puissance nucléaire comme le principal obstacle au progrès et a écrit : « La République islamique a déclaré à plusieurs reprises qu’elle ne voulait pas construire de bombe atomique, mais en même temps, une grande partie de la puissance, de la richesse et des actifs de l’Iran a été consacrée au développement de l’énergie nucléaire au cours des dernières années.

Il semble que si la République islamique ne veut même pas construire une bombe nucléaire pour renforcer sa position défensive ou militaire dans la région ou pour ses négociations avec l’Occident et ses relations diplomatiques, elle est prête à avoir potentiellement la possibilité de construire une centrale nucléaire bombe. »

Il y a beaucoup plus d’exemples sur la situation critique du régime écrits par ses médias, et le résultat est que cette fois le régime doit trancher entre le mal et le pire. »

7,062FansLike
1,127FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les fonds de pension iraniens en faillite

Quatre des fonds de pension du régime iranien sont actuellement incapables de payer les salaires et les prestations de...

L’industrie pharmaceutique iranienne au bord de l’extinction

En Iran, les patients atteints de maladies critiques souffrent intimement d'un état désastreux d'approvisionnement en médicaments et en médicaments....

Les manifestations se poursuivent en Iran avec des slogans à bas Khamenei-Raïssi

Lors de la nomination de son cabinet au Parlement l'année dernière, le président des mollahs, Ebrahim Raïssi, a...

Le vice-président américain Mike Pence chez les Moudjahidine du Peuple d’Iran en Albanie

Le vice-président américain Mike Pence s’est rendu jeudi chez les Moudjahidine du Peuple d’Iran en Albanie, pour apporter son...

La propagation de la toxicomanie en Iran et les objectifs du régime

Un citoyen de Shiraz, victime de la politique criminelle du régime iranien, a évoqué la politique du régime consistant...

Braquage d’une banque dans la zone la plus sécurisée de Téhéran

— "Des braqueurs professionnels ont volé plus de 160 coffres-forts" dans une succursale de la Banque Melli, selon les...

Doit lire

Le vice-président américain Mike Pence chez les Moudjahidine du Peuple d’Iran en Albanie

Le vice-président américain Mike Pence s’est rendu jeudi chez...

La dégradation progressive du sol iranien, une menace irréversible

Le sol iranien connaît une mort lente et silencieuse....

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous