UncategorizedLe Corps des gardiens de la révolution islamique iranien...

Le Corps des gardiens de la révolution islamique iranien accuse les États-Unis d’avoir tenté de le « voler »

-

Le Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran) saisit un pétrolier iranien et accuse les États-Unis d’avoir tenté de le « voler »

Selon les publications des médias officiels iraniens à la date du 4 novembre, le vol supposé d’un pétrolier iranien en mer d’Oman a été empêché par la marine du Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran). Des rapports ont affirmé que la marine américaine tentait de voler le navire, allégations qui ont été rejetées avec véhémence par le Pentagone.

Le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a déclaré : « J’ai vu les allégations iraniennes. Elles sont absolument totalement fausses et mensongères. C’est une revendication bidon ».

Le régime, en effet, avait saisi un pétrolier battant pavillon vietnamien en octobre. Deux navires de la marine américaine, appuyés par un soutien aérien, avaient surveillé la situation, mais n’avaient pas tenté d’empêcher le navire. Le navire est identifié comme étant le « Southys ».

Le Corps des gardiens de la révolution islamique iranien accuse les États-Unis d'avoir tenté de le "voler"

Selon un rapport publié sur le site Web Tanker Trackers, le navire tentait d’effectuer une livraison de 700 000 barils de pétrole brut à la Chine, mais la cargaison a été rejetée. En conséquence, le Southys a été contraint de retourner en Iran, en jetant l’ancre au large de Bandar Abbas, avant d’être déplacé plus tard dans le détroit d’Ormuz.

Comme le régime n’a pas payé le prix de son aventurisme régional et de son extorsion nucléaire, il poursuit ses activités malignes. Pourquoi Téhéran prend-il le risque de créer un fiasco international qui pourrait conduire à une impasse au lieu de tenter de rétablir l’accord nucléaire de 2015, officiellement connu sous le nom de plan d’action global conjoint (JCPOA) ?

Le quotidien officiel Aftab-e Yazd a écrit dans sa publication du 2 novembre que si le régime iranien revient au JCPOA, alors les États-Unis et les autres signataires ne seraient pas limités aux termes de l’accord actuel. Si le régime choisit de quitter le JCPOA, il devra alors recommencer les négociations avec les pays qui pourraient souhaiter étendre les discussions nucléaires à d’autres questions. Quelle que soit la décision prise par Téhéran, elle se soldera probablement par une impasse.

Il convient de souligner que la télévision officielle iranienne a diffusé l’intégralité de l’attaque du pétrolier afin de remonter le moral des forces du régime.

Ce dernier stratagème du régime intervient à un moment où l’Iran subit crise sur crise. L’économie iranienne s’est pratiquement effondrée, la pandémie de Covid-19 ravage le pays et la société devient plus rétive à mesure que les crises s’intensifient chaque jour. Les manifestations sont monnaie courante dans le pays, des dizaines ont lieu chaque jour et la situation est si intense que le régime craint un nouveau soulèvement semblable à celui de novembre 2019, voire pire.

Le quotidien Mostaghel a écrit le 30 octobre que « le système politique en Iran est confronté aux crises de la légitimité politique, de l’efficacité économique et de la corruption structurelle depuis de nombreuses années ».

Le 31 octobre, le quotidien Aftab-e Yazd a lancé une mise en garde contre la danger encouru par la sécurité de l’État. Selon lui, étant donné le nombre de personnes vivant dans la pauvreté en Iran et incapables de subvenir aux besoins de leurs familles, les tensions ne feront qu’empirer et, n’ayant rien à perdre, les Iraniens pourraient recourir à la violence.

Les puissances occidentales ne doivent pas céder à la campagne d’extorsion du régime. De telles actions provocatrices, qui déstabilisent la paix et la sécurité internationales, ne doivent pas rester sans réponse. Le régime doit être tenu pour responsable, et c’est le seul moyen de mettre un terme à ses activités malveillantes.

7,062FansLike
1,112FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : les manifestations contre la flambé du prix du pain

Les observateurs en Iran pensent que des manifestations à l'échelle nationale font suite à la décision du régime iranien...

La fuite des capitaux s’accélèrent en Iran

L'une des crises majeures actuelles de l'économie iranienne est la fuite des capitaux, qui est mise en œuvre par...

L’incurable crise du logement en Iran

Après qu'Ebrahim Raïssi a pris ses fonctions l'année dernière en tant que président du régime iranien, il a promis...

Ce que l’on sait de l’association Al-Movaheddin du régime iranien

L’association caritative Al-Movaheddin du régime iranien a été créée en 1987 par Hussein Marashi, le cousin d'Effat Marashi, qui...

Aucune entreprise étrangère n’est disposée à investir dans les ports du régime iranien

Un bref regard sur l'ampleur des investissements étrangers dans l'économie iranienne révèle la situation réelle de la situation économique...

Les causes de la violence dans la société iranienne

Le plus souvent, les nouvelles amères publiées par les médias du régime iranien ou diffusées par le peuple sur...

Doit lire

La dégradation progressive du sol iranien, une menace irréversible

Le sol iranien connaît une mort lente et silencieuse....

La contestation en Iran

Les experts et observateurs du régime iranien expriment ouvertement...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous