UncategorizedLa crise économique en Iran

La crise économique en Iran

-

Après des mois d’interruption et d’attente pour le sixième cycle de négociations nucléaires de l’Iran avec les puissances mondiales, le prochain cycle de négociations a finalement repris la semaine dernière sans aucun résultat comme prévu. Car le régime est confronté à une impasse et ne peut pas se retirer de ses ambitions nucléaires.

Ce qu’il ne peut ignorer et laisser derrière lui, c’est la situation dans le pays, en particulier l’inflation croissante et les demandes du peuple qui se reflètent dans leurs protestations qui s’accroit. Le meilleur indice pour cette réclamation est le taux de change croissant.

«Aujourd’hui, sur le marché libre, le prix du dollar a atteint 30 mille cent tomans. (Tasnim, 4 décembre 2021). Ce n’est qu’une autre vague qui frappe les prix élevés dans le pays. Et des chocs comme celui-ci prendront le dernier morceau de pain dans les paniers de la population. Le secrétaire exécutif de la Maison des travailleurs a déclaré à ce sujet :

« Les problèmes les plus importants pour les travailleurs sont les prix élevés et l’inflation galopante. Avec ce niveau de salaire, même les frais de subsistance les plus bas ne sont pas assurés. Aujourd’hui, les travailleurs ne sont même pas en mesure de subvenir à leurs besoins élémentaires et à ceux de leur famille, alors que la loi prévoit que le salaire minimum doit pouvoir subvenir aux besoins élémentaires d’une famille de la classe ouvrière. J’espère que les fonctionnaires ne s’endorment pas. (ILNA, 4 décembre 2021)

La situation est désastreuse et si évidente que non seulement des millions de jeunes sans emploi, des enfants ramassant des ordures et des milliers d’autres catastrophes humaines sont un indice de misère économique, mais toutes les couches sont devenues un indice de cette misère.

La crise économique en Iran

Il y a quatre mois, le Guide suprême du régime, Ali Khamenei, a décidé de nommer Ebrahim Raïssi nouveau président du régime. Immédiatement après cette décision, de nombreux experts économiques du régime ont manifesté leur frustration et leur peur face à cette décision et ont exprimé publiquement que quelqu’un comme lui s’occuperait de l’économie du pays tout en n’ayant pas le minimum d’expertise pour diriger une administration.

Aujourd’hui, après 100 jours de l’administration Raïssi, rien n’a changé, sauf plus de destruction pour l’économie du pays, qui porte préjudice à une population de 80 millions d’habitants.

« En ces 100 jours, malgré les promesses, un changement particulier qui ne s’est pas produit dans la vie des gens, mais la situation des prix élevés que le gouvernement Rouhani avait empêché ces derniers jours d’inscrire dans l’histoire, s’est aggravée.  » (quotidien public Rooz-e No, 11 novembre 2021)

Le quotidien d’État Setareh-e Sobh a écrit : « Ce que l’on peut voir des 100 premiers jours du 13e gouvernement, c’est que l’inflation a augmenté par rapport à avant l’arrivée au pouvoir de ce gouvernement, les prix des matières premières augmentent, les prix du logement et des loyers sont toujours en hausse, les promesses d’amélioration des conditions de vie et de l’économie n’ont pas encore été mises en œuvre et aucun plan n’a été présenté pour les résoudre.

« Plus important encore, le président a promis de construire un million de logements par an, mais au cours des 100 premiers jours, le ministère des Routes et du Développement urbain n’a pas annoncé de stratégie pour atteindre un si grand objectif.

Parallèlement, le quotidien d’État Farhikhtegan a écrit : « Il convient de noter que la formation tardive du gouvernement lui-même est le résultat d’un autre événement, qui peut être considéré comme l’absence d’une idée globale de la gouvernance.

« Les promesses telles que la résolution du problème boursier et la baisse du taux de change de certains candidats présidentiels devenus présidents sont aussi des exemples d’un point de vue si naïf que la résolution de problèmes peut être définie en l’absence d’une idée de gouvernance économique.  » (Quotidien public Farhikhtegan, 3 décembre 2021)

Maintenant, après des années de corruption, de pillage, de vente aux enchères des ressources naturelles du pays et de destruction de l’économie, le régime essaie de résoudre les problèmes avec des plans économiques irresponsables qui font face aux protestations même de ses médias :

« Le comportement de tous les gouvernements de l’époque, sans exception, ignorant les conséquences de ces comportements inconsidérés dans le processus budgétaire, était contraire à la puissance économique réelle du pays et à ses capacités exécutives, et a créé destruction, corruption et aggravation les différences de classe. (Quotidien d’État Jahan-e Sanat, 4 décembre 2021)

7,062FansLike
1,112FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : les manifestations contre la flambé du prix du pain

Les observateurs en Iran pensent que des manifestations à l'échelle nationale font suite à la décision du régime iranien...

La fuite des capitaux s’accélèrent en Iran

L'une des crises majeures actuelles de l'économie iranienne est la fuite des capitaux, qui est mise en œuvre par...

L’incurable crise du logement en Iran

Après qu'Ebrahim Raïssi a pris ses fonctions l'année dernière en tant que président du régime iranien, il a promis...

Ce que l’on sait de l’association Al-Movaheddin du régime iranien

L’association caritative Al-Movaheddin du régime iranien a été créée en 1987 par Hussein Marashi, le cousin d'Effat Marashi, qui...

Aucune entreprise étrangère n’est disposée à investir dans les ports du régime iranien

Un bref regard sur l'ampleur des investissements étrangers dans l'économie iranienne révèle la situation réelle de la situation économique...

Les causes de la violence dans la société iranienne

Le plus souvent, les nouvelles amères publiées par les médias du régime iranien ou diffusées par le peuple sur...

Doit lire

La dégradation progressive du sol iranien, une menace irréversible

Le sol iranien connaît une mort lente et silencieuse....

La contestation en Iran

Les experts et observateurs du régime iranien expriment ouvertement...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous